Moteurs de la société – Paule Kremer

Contenu sponsorisé Changer en allemand pour l'article original

Écouter cet article

En collaboration avec Losch Luxembourg, nous présentons régulièrement des femmes qui ont un impact très particulier sur la société luxembourgeoise, que ce soit par leur carrière professionnelle ou simplement par leur histoire personnelle.

La sportive extrême luxembourgeoise Paule Kremer voulait passer le mois d'août sous le soleil de Californie pour nager dans le détroit de Santa Catalina. Mais elle a dû mettre ses projets en suspens à court terme en raison de la pandémie du Covid-19. Après une première déception, elle a simplement reporté son défi à l'année prochaine et a décidé de profiter des mois d'été pour faire un peu le vide et prendre soin d'elle. Son été a ensuite été adouci par une offre généreuse de Losch Luxembourg. Cube4T8, la plus jeune entreprise du groupe Losch, qui se consacre entièrement au développement de nouvelles solutions de mobilité, a fourni à Paule le scooter électrique Silence S02 comme véhicule d'essai. Une offre que la jeune athlète a accepté avec plaisir

Dans sa combinaison à motifs colorés, Paule se promène maintenant dans les ruelles étroites et romantiques du quartier du Grund, dans la capitale. Cependant, ce n'est pas seulement sa tenue joyeuse qui fait tourner les têtes des passants, car le Silence S02, avec son design résolument moderne, attire également de nombreux regards curieux. Outre son aspect sportif, le scooter électrique se caractérise avant tout par son excellente maniabilité ainsi que par son énorme stabilité, qu'il doit à son centre de gravité bas. Ces caractéristiques en font un véhicule idéal pour des balades passionnantes, notamment en milieu urbain. Paule se sent tout à fait à l'aise et en sécurité, et ce malgré le fait que la jeune nageuse n'a pratiquement jamais conduit de scooter auparavant.

… comment tout a commencé

En 2017, Paule Kremer est devenue la première Luxembourgeoise à traverser la Manche à la nage entre l'Angleterre et la France. Elle a quitté Douvres à la nage au milieu de la nuit pour arriver dans le village français de Wissant, après 33 kilomètres et 14 heures plus tard. La nuit suivante, elle a eu du mal à dormir à cause de la douleur dans tout son corps et même les tâches les plus simples comme se laver les cheveux n'étaient plus possibles sans l'aide d’une autre personne.

Mais comment peut-on avoir l'idée de traverser la Manche à la nage ? Il est intéressant de noter que Paule Kremer est venue au sport relativement tard dans sa vie. Ce n'est que pendant ses études dans la ville côtière anglaise de Brighton que Paule a commencé à pratiquer du sport de manière régulière et intensive. Elle a d'abord rejoint un club de course à pied à l'université avant de s'intéresser au triathlon. Grâce au triathlon, elle a ensuite découvert sa passion pour la natation. En 2016, on lui propose de traverser la Manche à la nage en relais, et elle est si enthousiaste qu'elle décide de relever le défi en solo l'année suivante.

Ocean's Seven, un projet de vie

Pour Paule, la traversée de la Manche en solitaire a été le point de départ d'un défi encore plus grand : l'Ocean's Seven. Il s'agit d'un défi international dans lequel des nageur·euse·s expérimenté·e·s doivent traverser à la nage sept détroits plus ou moins larges sur cinq continents. Il s'agit plus précisément du détroit de Cook en Nouvelle-Zélande, du canal Nord entre l'Irlande et l'Écosse, du détroit de Gibraltar entre le Maroc et l'Espagne, du canal Kaiwi à Hawaï, du détroit de Tsugaru au Japon, de la Manche entre l'Angleterre et la France et du canal de Santa Catalina en Californie.

En fait, Paule avait l'intention de franchir un détroit par an. Mais après la pause liée au Covid-19, elle a décidé de faire de Ocean's Seven un projet de vie, sans se fixer d'échéance précise. Elle espère s'attaquer à Santa Catalina et à Gibraltar l'année prochaine. Pour le Japon et Hawaii, elle recherche encore des sponsors qui voudraient la soutenir dans le voyage et dans la préparation. En attendant, la jeune femme ambitieuse profite de son séjour à la maison et a hâte de partir en exploration avec son nouveau scooter électrique.

La marque Silence propose désormais trois modèles différents pour les utilisateur·rice·s privé·e·s et professionnel·le·s : le S01, le S02 et le S03. Sur les nouveaux modèles, la batterie lithium-ion haute performance peut être entièrement retirée. En fonction des performances, les modèles Silence sont équipés de trois modes de conduite différents : City, Sport et ECO. Chaque modèle a également un mode de recul pratique.

Les services de partage et de livraison, la poste et même la police de nombreuses grandes et petites villes utilisent déjà le S02 dans leur service quotidien. Le modèle est disponible soit avec un siège simple pouvant accueillir jusqu'à deux personnes, soit en version « Delivery » avec un espace pour une grande valise de transport. La charge utile maximale est de 330 kilogrammes, ce qui est impressionnant.

Mais que se passe-t-il réellement dans la tête d'une personne au milieu de l'océan ? Paule ne peut pas répondre à cette question de manière précise. « Je pense que c'est comme accoucher. Rétrospectivement, vous avez oublié la plupart des choses. » En tout cas, Paule ne se souvient pas de sentiments négatifs. Elle n’a jamais eu peur et n’a pas paniqué. Heureusement, la nageuse s'était très bien préparée mentalement à ce défi. Grâce à l'hypnose, elle avait appris à rester dans un flux constant.

Aujourd'hui, elle travaille avec un psychologue du sport et s'entraîne à des techniques qui l'aident à ne pas se remettre en question constamment. Il est extrêmement important de ne pas commencer à douter de soi au cours d'un défi aussi extrême.

En outre, il est bien sûr utile qu'elle ne soit jamais complètement seule pendant les défis, mais qu'elle soit constamment accompagnée d'un bateau avec des pêcheurs expérimentés – les fameux pilotes, qui gardent toujours un œil sur la météo et les courants – et des connaissances. Un·e membre de la Fédération des nageurs marathoniens est également présent·e pour vérifier si Paule respecte les règles.

 

La nageuse est consciente que certains dangers peuvent guetter en pleine mer, comme les requins et les orques en Californie. Mais Paule n'a pas peur. Au contraire, elle n'en a que plus de respect pour les créatures marines et leur habitat. Heureusement, les nageur·euse·s sont rarement attaqué·e·s par des animaux. À Hawaï, un nageur a été mordu par un squalelet féroce il y a quelque temps et a dû être recousu. Les blessures n’étaient pas fatales.

Dans la Manche, Paule n'a rencontré que quelques méduses, dont l'une est entrée directement dans son maillot de bain. Elle a ensuite essayé de faire sortir le petit animal visqueux en tâtonnant et bien sûr, ça a fait mal. Mais cette douleur était une bénédiction déguisée, car elle la distrayait pendant un moment et, sans qu'elle s'en rende compte, une heure entière s'était soudainement écoulée. Ce que l'on rencontre en grande quantité dans la Manche, en revanche, ce sont des déchets de toutes sortes. Des sacs en plastique et même des palettes EPAL entières flottent en masse dans la mer et représentent un réel danger pour les animaux et les baigneur·euse·s.

C'est pourquoi Paule est heureuse de pouvoir contribuer à un environnement plus propre avec le Silence S02. Celle-ci ne produit aucune émission, ce qui constitue un engagement clair en faveur de la durabilité. Son modèle 50cc « lowspeed » peut être conduit avec un permis ordinaire et a une autonomie de 149 km. La vitesse de pointe de ce modèle est de 45 km/h, ce qui est tout à fait suffisant pour Paule.

« Les services de partage et de livraison, la poste et même la police de nombreuses grandes et petites villes utilisent déjà le S02 dans leur service quotidien. »

Mais pour ceux qui préfèrent rouler un peu plus vite, la S02 est également disponible en modèle 125cc « haute vitesse », qui peut atteindre 90 km/h et est équipée d'une batterie de 5,6 kWh. Pour ce modèle, en revanche, il faut un permis moto spécial.

Tout cela pour une bonne cause

Le détroit de Santa Catalina entre l'île de Santa Catalina et Los Angeles était censé être franchi par Paule en 2020. A cause de la pandémie, Paule a imaginé une alternative. Au lieu de nager les 33 kilomètres en Californie, elle a simplement parcouru la même distance dans le réservoir de la Haute-Sûre, près de Lultzhausen. Et elle en a fait un événement. 52 personnes ont relevé ce défi avec Paule et ont récolté 7000 euros pour une bonne cause.

Avec ses défis, Paule soutient une organisation caritative qui lui tient à cœur : le Plooschterprojet. Yannick Lieners, un bon ami de Paule et également athlète luxembourgeois, s'est vu diagnostiquer une leucémie en 2014 et a ensuite créé le Plooschterprojet.

Paule fait maintenant tout son possible pour faire connaître cette organisation et sa mission. Elle ne souhaite pas seulement collecter des fonds, mais aussi informer les gens sur les différentes façons d'aider et sur la facilité avec laquelle on peut sauver la vie de quelqu'un en donnant des cellules souches, du sang ou des organes.

S'amuser

Paule ne se destine pas à une carrière sportive professionnelle comme Yannick Lieners. Pour elle, le sport doit rester un moyen de se détendre et elle ne veut pas perdre le plaisir qu'il procure. Les sports de compétition comme le triathlon ne sont pas non plus pour elle, car elle trouve d'autant plus excitant de découvrir jusqu'où elle peut aller sans avoir à se mesurer aux autres.

Quand elle ne nage pas, Paule est professeure d'anglais au Lycée Ermesinde de Mersch. Elle y partage sa passion avec les élèves en enseignant la natation, matière facultative, en parallèle.

Et pour le trajet entre son domicile près de Lorentzweiler et son lieu de travail, le Silence S02 est parfaitement adapté. « Quand on possède une voiture, on prend souvent l'habitude de l'utiliser à chaque occasion », dit Paule. Cependant, depuis qu'elle a obtenu le Silence S02, elle ne conduit presque jamais sa voiture. Le scooter électrique est incroyablement pratique pour les courtes distances et, bien sûr, lorsqu'il s'agit de trouver une place de parking. Tout comme dans le centre-ville. Entre-temps, Paule s'est installée confortablement à la terrasse d'un café pour faire une petite pause. Grâce à son smartphone, elle reste constamment connectée au scooter électrique. À distance, elle peut consulter la localisation exacte ou l'état de charge de la batterie, par exemple. Et même pendant le trajet, le smartphone est parfaitement rangé dans un compartiment spécialement conçu avec un double port de charge USB.

Paule fait défiler les photos sur son téléphone portable. Soudain, la photo d'un bus VW de 45 ans apparaît sur son écran. Elle sourit car elle va le conduire en Croatie au cours des prochaines semaines. Il est maintenant temps de se reposer avant de partir pour la Californie l'année prochaine.