Moteurs de la société – Yolande Koster-Kaiser

Contenu sponsorisé Changer en allemand pour l'article original

En collaboration avec Losch Luxembourg, nous présentons régulièrement des femmes ayant un impact sur la société luxembourgeoise, que ce soit à cause de leur carrière professionnelle ou tout simplement leur histoire personnelle.

Aussi imprévisible que puisse être le temps au mois d’avril, aujourd’hui il joue en faveur de Yolande Koster-Kaiser et son fils. Il fait encore assez frais, mais un ciel bleu vif parsemé de cumulus cotonneux invite à une excursion. À l’intérieur d’une Skoda Octavia PHEV flambant neuve, les deux aventuriers se dirigent vers le nord avec une bonne conscience, car il s’agit du modèle de voiture compacte le plus respectueux de l’environnement qui n’ait jamais existé. De plus, le nouveau design épuré aux lignes claires et intemporelles est un véritable régal pour les yeux et offre un aérodynamisme remarquable.

Yolande Koster-Kaiser

Sur l’autoroute A7, les tunnels se succèdent. À ce moment, Yolande se souvient d’une course à laquelle elle a participé pour marquer l’ouverture du tronçon de la Nordstrooss. C’était épuisant, mais la course à pied est l’une de ses passions. Le sport et l’exercice occupent une place importante dans sa vie. Dans sa jeunesse, elle a joué au basket jusqu’à ce que ses genoux ne le lui aient plus permis. Par hasard, elle découvre alors le water-polo où elle rencontre son futur mari dans une équipe qui, à l’exception d’elle-même, n’est composée que d’hommes.

Designer créative et mère de famille

Lorsque Yolande est devenue mère, elle était persuadée qu’elle voulait prendre en main l’éducation de ses enfants et, ensemble avec son mari, elle a décidé d’abandonner son emploi fixe de graphiste dans une agence de publicité. Cependant, ne pas travailler du tout n’était pas non plus une option pour cet esprit créatif, et l’idée d’un travail indépendant s’est donc imposée. C’est ainsi que Yolande s’est mise à son compte en tant que graphiste en 2007, après dix ans d’embauche en CDI. Une décision qu’elle n’a jamais regrettée. En attendant, son activité se porte bien et elle a même engagé une salariée avec qui elle échange des idées et réalise des projets dans un espace de co-working.

À tous ceux·celles qui envisagent de choisir la voie de l’auto-emploi, quel que soit le domaine, mais qui sont encore en proie à l’incertitude, Yolande aimerait dire qu’il suffit d’oser. Selon lui, il faut poursuivre ses rêves. Bien sûr, il y a des obstacles à surmonter et surtout au début, il faut être prêt à travailler dur pour atteindre son objectif. Mais au final, l’effort en vaut absolument la peine, dit-elle.

Yolande Koster-Kaiser, la graphiste indépendante au travail

Pour Joris, le fils de Yolande, âgé de 10 ans, l’Octavia est un véritable lieu de découverte. De petits gadgets utiles sont cachés partout. Par exemple, une petite brosse multifonctionnelle peut être extraite d’un petit compartiment dans la porte du conducteur, et un grattoir vert fluo pour les jours gelés est caché dans le bouchon du réservoir de carburant. Cette Octavia de quatrième génération est équipée d’un moteur particulièrement écologique qui consomme moins de carburant et émet donc moins de CO2. De plus, 85 pour cent des matériaux utilisés pour la fabrication de la voiture sont recyclables. Skoda fait tout ce qui est possible pour que ses voitures soient produites et fonctionnent de manière aussi durable que possible. C’est une question de principe pour le producteur de voitures qui lui tient particulièrement à cœur.

Protection de l’environnement et droits de l’homme

Yolande soutient avec conviction cette attitude de la marque Skoda d’être orienté vers l’avenir. Elle-même est membre d’un comité de 30 citoyen·ne·s mis en place par le ministère de l’Énergie pour promouvoir l’avenir climatiquement neutre du Luxembourg dans le cadre de Luxembourg in Transition 2050.

« Il faudrait toujours être reconnaissant au lieu de s’énerver pour chaque petite chose sans importance. »

Cependant, elle n’est pas seulement impliquée dans les questions climatiques. Pendant longtemps, elle a été bénévole chez Catch a Smile pour aider les réfugié·e·s aux bords de l’Europe. Au début, Yolande se rendait pratiquement tous les trois mois à des endroits où son aide était requise. Au cours de ces voyages, elle a aussi vécu de nombreux moments difficiles qui l’ont fortement marqué, mais dans l’ensemble, elle a su tirer quelque chose de positif de chaque expérience. Toutes les personnes qu’elle a rencontrées au cours de son travail bénévole ont également énormément enrichi sa vie, raconte-t-elle.

Depuis son engagement, elle a un tout autre regard sur certaines choses. Par exemple, après avoir vu des milliers de personnes faire la queue pour obtenir de la nourriture à maintes reprises, elle ne se plaint plus lorsqu’elle doit faire la queue à la caisse du supermarché. Elle trouve donc particulièrement dommage que les Luxembourgeois aiment se plaindre autant et si souvent. À son avis, il faudrait toujours être reconnaissant au lieu de s’énerver pour chaque petite chose sans importance.

Très tôt dans la vie de cette femme de 43 ans, la volonté se manifestait de travailler un jour dans le domaine de la création. Enfant, elle était déjà très créative, toujours en train de peindre et de bricoler. Au lycée, elle aurait voulu en apprendre davantage sur l’architecture d’intérieur, mais cette classe n’était plus proposée au Lycée des Arts et Métiers de Luxembourg. Elle a opté pour le design graphique, un domaine dans lequel elle travaille encore aujourd’hui et qui la remplit de joie. Elle est convaincue que son attitude ouverte et courtoise est sans aucun doute un atout dans sa profession. Quiconque échange quelques mots avec la citoyenne du Cents éveillée se rend compte de la passion et de l’enthousiasme avec lesquels elle entame son travail.

Enfin arrivé·e·s

En arrivant à Eschweiler, près de Wiltz, il est difficile de retenir le fils de Yolande, Joris, sur son siège. La destination du voyage est le Migo Mini-Golf et le Spill-Park. Cela fait longtemps que lui et sa mère n’ont pas joué au mini-golf. Il est donc impatient de se lancer au premier parcours du parc intérieur.

Comme sa mère, Joris est aussi quelqu’un de très confiant et direct, mais poli. Il aime passer du temps dans la nature avec ses amis et est également un membre passionné des scouts. Il va donc aussi relever le défi de récupérer la balle de mini-golf dans le petit ruisseau après qu’elle y ait accidentellement atterrie. Et sans se mouiller les pieds. L’après-midi passe vite et après une glace devant le hall de mini-golf, la famille remonte dans la Skoda et décide de partir à la découverte de la charmante petite ville de Wiltz.

L’Octavia hybride démarre presque sans bruit, ce qui semble inhabituel pour quelqu’un qui n’a jamais conduit un modèle hybride auparavant. Pour Yolande, la découverte de cette tranquillité et l’expérience de conduite de la Skoda sont une agréable surprise. Elle-même conduit une Volkswagen depuis des années et est maintenant reconnaissante au Garage Losch à Howald de lui avoir permis de découvrir les qualités de la filiale de VW, à savoir Skoda. Et la conclusion est très positive. Tant en ce qui concerne l’excellente finition de l’intérieur que le comportement routier et l’accélération, on ne peut que recommander la Skoda.

Yolande n’arrive pas à décrire précisément la source de son inspiration. En tant que designer curieuse, elle puise son inspiration de partout. Son œil créatif observe attentivement tout ce qui l’entoure, qu’elle soit en promenade dans la nature ou qu’elle soit en interaction avec d’autres personnes. Une maladie professionnelle, comme elle l’appelle. Elle se décrirait elle-même comme une « Kniwwelkett ». Elle n’est pas quelqu’un qui s’allonge devant la télé le soir en regardant des séries pour décompresser, elle doit toujours avoir quelque chose à faire. Presque tous les soirs, elle mange en famille, puis elle exerce la trompette avec son fils, se promène ou organise occasionnellement une soirée cinéma avec les enfants.

Il y a deux ans, Yolande a décidé de relever un nouveau défi en plus de ses tâches quotidiennes. En tant que graphiste, on passe généralement beaucoup de temps devant l’ordinateur et Yolande avait envie de travailler à nouveau davantage avec ses mains et de pouvoir laisser libre cours à sa créativité sans écran. C’est ainsi qu’elle a découvert l’enregistrement graphique, le « graphic recording ». Il s’agit d’une technique permettant de représenter visuellement un texte parlé. Partout où le client en a besoin, elle enregistre le texte parlé, le filtre, écrit le texte résumé et le complète par des images dessinées par elle-même pour visualiser le contenu et le rendre compréhensible.

Rentrons à la maison

Un dernier petit arrêt au château de Wiltz permet de recharger les batteries avant de rentrer chez eux. Alors que Yolande se tient devant la Skoda, elle croise les bras et constate que la voiture est conçue avec beaucoup de goût et d’élégance. En tant que graphiste de formation, elle admire les lignes légèrement courbées du capot et des rétroviseurs, qui donnent à la voiture une allure plus anguleuse et unique. Yolande est particulièrement séduite par l’énorme affichage « Head-up » à l’intérieur de la voiture. Le commandes du système de navigation par satellite et de toutes les autres fonctions de la voiture sont un jeu d’enfant grâce à leur conception simple et claire.

La journée touche à sa fin et la famille est sur le chemin du retour. Sur la banquette arrière, le fils Joris sort son iPad pour combler le long trajet par quelques jeux vidéo. C’est pratique qu’il y ait deux ports USB-C dans la console centrale entre les sièges du conducteur et du passager, où l’on peut facilement brancher sa tablette ou son smartphone pour le recharger.

Pendant ce temps, Yolande apprécie le trajet à travers le paysage sauvage et naturel de l’Ösling. Sur les routes sinueuses de la région, la Skoda Octavia est tout simplement magnifiquement agréable et dynamique à conduire. De retour au Garage Losch à Howald, elle remet les clés après une journée riche en événements dont elle se souviendra probablement longtemps.