Moteurs de la société – Alexa Ballmann

Contenu sponsorisé Changer en allemand pour l'article original

Écouter cet article

En collaboration avec Losch Luxembourg, nous présentons régulièrement des femmes ayant un impact sur la société luxembourgeoise, que ce soit à cause de leur carrière professionnelle ou tout simplement leur histoire personnelle.

Si vous cherchez à vous détendre et à vous faire dorloter et que vous voulez simplement faire du bien à votre corps, l'Institut de beauté Alexa Ballmann à Oetringen est l'endroit idéal. Qu'il s'agisse de soins de la peau, de manucures, d'épilation ou de massages relaxants, l'équipe de l'ambitieuse entrepreneuse propose absolument tout ce que l'on peut désirer.

Avec l'ouverture de l’oasis de bien-être, cette femme de 36 ans au charisme chaleureux a réalisé le rêve de toute une vie. C'est ici qu'elle se sent à l'aise. Mais aujourd'hui, Alexa Ballmann a un jour de congé et a prévu quelque chose de très spécial. Elle pourra essayer une voiture qu'elle aimerait bien posséder un jour : La nouvelle Porsche Taycan 4S. Cette voiture annonce une toute nouvelle ère pour la marque, à savoir celle de la première Porsche entièrement électrique.

Elle verrouille la porte derrière elle et s'assoit dans l'élégante voiture de sport, impatiente. La jeune esthéticienne est immédiatement impressionnée par le design élégant et futuriste, l’aspect imposant et l’espace généreux. La Taycan démarre en silence, ce qui est inhabituel pour Alexa qui n'a jamais été dans une voiture électrique auparavant. Mais on s'habitue rapidement à l'absence de cette sonorité sportive typique, car la Porsche séduit immédiatement par sa conduite confiante et agile.

Malgré sa taille considérable et sa puissance incroyable – après tout, elle a plus de 500 ch « sous le capot » – la Porsche dispose d'une excellente stabilité sur la route et est presque aussi agile qu'une petite voiture. Après quelques minutes, le magnifique décor de la Moselle luxembourgeoise apparaît devant Alexa. Elle va explorer cette région harmonieusement pittoresque et donner un peu de répit à son esprit.

Dès son plus jeune âge, Alexa se passionnait pour le maquillage et la coiffure de ses poupées. Elle avait toujours l'intention de travailler un jour en tant qu'esthéticienne et de diriger son propre institut. Après ses études, Alexa s'est vite rendu compte qu'elle ne serait pas heureuse dans un emploi de bureau à plein temps. Elle était déterminée à œuvrer avec ses mains. Après beaucoup de persuasion, ses parents ont accepté et Alexa a commencé un apprentissage d'esthéticienne à l'Institut de beauté Annette Weber-Krier de la ville, où elle a travaillé pendant sept ans et a ainsi beaucoup appris.

Coup du sort

En 2011, une connaissance a signalé à Alexa qu'un ancien institut de beauté à Oetringen était à vendre, et par curiosité, elle s'y est rendue avec son père – qui soutenait son idée depuis le début – pour y jeter un coup d'œil. Une fois sur place, l'esthéticienne est restée bouche bée, car en fait, cette histoire commence bien plus tôt.

Environ deux ans auparavant, elle avait rendu visite à une amie qui vivait dans ce même immeuble. Il y avait déjà un salon de beauté dans la partie avant du bâtiment. Elle avait garé sa voiture à côté de la maison, un bâtiment pittoresque situé directement sur la rue principale, avec de grandes fenêtres et un parking juste devant la porte ! C'était exactement ce qu'elle avait toujours imaginé. Mais l'institut était déjà pris et elle devait donc laisser tomber cette pensée pour le moment.

Pourtant, elle avait dit à son amie lors d’un dîner qu'elles seraient voisines un jour. Et bien que la plupart des gens se soient moqués de cette idée, Alexa y adhérait, convaincue que si elle le souhaitait assez souvent, son rêve finirait par se réaliser. Et c'est exactement de cette manière que cela s’est produit.

„Elle se bat pour mettre en valeur les formations artisanales.“

Grâce à une série d'heureux hasards, Alexa s'est retrouvée à la tête de son propre institut de beauté à seulement 26 ans. Au départ, ce projet audacieux était bien sûr un défi pour la jeune femme, puisqu'elle devait parfois travailler 12 à 14 heures par jour pour que son entreprise individuelle puisse exister. Ce n'est que près de deux ans plus tard qu'elle était prête et qu'elle a embauché des employé·e·s. Par coïncidence, l'appartement voisin – oui, exactement celui où vivait l'amie d'Alexa à l'époque – s'est libéré à ce moment-là et elle a donc pu agrandir son institut. Son équipe n'a cessé de croître au cours des années suivantes. Aujourd'hui, elle emploie 13 personnes et elle a pu travailler avec des gens formidables, indépendants et sûrs d'eux-mêmes au fil des années, en bénéficiant toujours d'une atmosphère détendue.

En 2018, elle a ensuite ouvert une autre succursale dans la piscine de Niederanven et en été 2020, après le premier confinement, elle a tenté une nouvelle chance et a repris son désormais troisième institut à Keispelt. Pendant un certain temps, Alexa a essayé de se diviser en deux pour pouvoir être partout à la fois, mais lorsqu'elle a commencé à trop souffrir de cette pression il y a deux ans, elle a décidé d'abandonner ses fonctions d'esthéticienne pour travailler en coulisses pour assurer le niveau de qualité.

Sur les routes de campagne sinueuses de la Moselle, la puissance d'accélération instantanée de la Porsche électrique peut être appréciée à sa juste valeur. Entre-temps, Alexa est arrivée en haut des Wéngerten – comme les Mosellans appellent leurs vignobles – et profite de la vue inimitable. Comme c'est le cas en mai, elle a été surprise par l'une ou l'autre averse en chemin. Cela n'a pas eu d’impact sur le plaisir de conduire, car même lorsque les routes sont mouillées, on se sent parfaitement en sécurité dans la Porsche Taycan 4S avec ses quatre roues motrices.

La voiture sportive à 5 sièges est entre-temps disponible en trois variantes : la Taycan Turbo, la Turbo S et la nouvelle 4S. Ce modèle peut être équipé de deux tailles de piles différentes. Les deux variantes garantissent une puissance de plus de 500 ch, ainsi qu'une autonomie d'environ 400 kilomètres et, bien sûr, des émissions de CO2 toujours égales à 0g/km.

Un engagement remarquable

Alexa n'a pas vraiment de passe-temps traditionnels. Mais elle s'ennuie rarement pendant son temps libre. Car même si cela puisse ressembler à du travail pour la plupart des gens, il n'y a rien de mieux pour elle que de s'engager dans diverses associations et sociétés pour défendre ses convictions.

Depuis près de deux ans, Alexa Ballmann est présidente de l'association Jonk Handwierk où elle s'investit corps et âme dans le soutien aux jeunes entrepreneurs. Elle est également présidente de la Hair Beauty and Tattoo Guild, membre de la Fédération des Jeunes Dirigeants d'Entreprise de Luxembourg, ainsi que membre du conseil d'administration de la Fédération des Artisans et membre suppléant du plénum de la Chambre de Commerce.

Elle est également une ardente défenseure du développement des talents et de la nécessité d'aider les jeunes à découvrir leurs passions et à en faire leur métier, plutôt que de les forcer à suivre une voie quelconque. Car pour Alexa, le moment où elle a décidé d'apprendre un métier était très problématique. Elle se bat pour mettre en valeur les formations artisanales. C'est pourquoi elle est membre de la Commission DAP pour le domaine de l'Esthétique, où elle participe à l'élaboration et à la correction des programmes des examens et des cours de formation afin qu'ils soient adaptés aux exigences respectives.

« Une année rude »

Pour Alexa et son équipe, comme pour la plupart des entreprises luxembourgeoises, la crise du Covid-19 a été une énorme épreuve. Lorsque le confinement a paralysé tout le pays, Alexa faisait partie d'un groupe de travail de la Fédération des Artisans qui a mis en place les mesures d'hygiène pour les différents domaines en collaboration avec le ministère de la santé. À ses yeux, le gouvernement a superbement géré la crise, car il était en contact permanent avec les différentes associations pour trouver des solutions adaptées à chacune d'entre elles.

« La Taycan est la première Porsche à être disponible en option sans cuir. »

Lorsque les instituts ont enfin pu rouvrir, l'équipe d'Alexa a bénéficié du fait que le métier d'esthéticien·ne a toujours été lié au lavage des mains et aux règles d'hygiène strictes. L'équipe s'est rapidement habituée aux masques FFP2 obligatoires et les client·e·s ne se sont pas fait attendre.

En outre, Alexa a été invitée par le gouvernement à participer à un groupe de travail chargé de mettre en place une stratégie de sortie, ensemble avec Xavier Bettel, Paulette Lenert et d'autres, afin de trouver une issue rapide et sûre à la crise.

L'innovation dans le sang

À présent, les nuages se sont dissipés et Alexa s'installe confortablement à la terrasse d'un restaurant, dégustant quelques friandises locales avant de poursuivre son premier petit voyage tout électrique. Cependant, ce n'est pas seulement son moteur d'entraînement électrique avancé qui fait de la Porsche Taycan un véhicule résolument tourné vers l'avenir, car les concepteurs ont également réfléchi à la manière de rendre service à l'environnement dans l'habitacle. En effet, la Taycan est la première Porsche à être disponible en option sans cuir. L'intérieur est alors composé de matériaux recyclés innovants qui rendent justice au concept de voiture de sport électrique. Alexa est ravie que Porsche se soit engagé sur la voie d'un avenir plus durable, car le cœur et la philosophie de l'Institut de beauté Alexa Ballmann sont également basés sur l'innovation et la durabilité.

Par exemple, Alexa fait tout ce qu'elle peut pour numériser son entreprise et se passer de papier. Elle veille également à rester dans l'air du temps en ce qui concerne les produits qu'elle utilise et vend dans ses instituts. On n'y utilise pratiquement plus d'emballages en plastique. Les produits sont fabriqués dans le respect de l'environnement, ils sont à base de produits naturels et, dans la plupart des cas, ne contiennent pas de colorants ni de parfums ou, dans le cas de produits spécifiques, sont enrichis de parfums naturels et – très important – ne sont pas testés sur les animaux et sont vegan.

Prévoyance

Lentement mais sûrement, Alexa se met sur le chemin du retour. Aujourd'hui, une chose est devenue tout à fait claire pour elle : La nouvelle Porsche Taycan sait exactement comment faire tourner la tête des gens. Et cela non seulement au sens figuré. Car quiconque aperçoit la luxueuse voiture de sport aura du mal à ne pas la suivre du regard. C'est avec le cœur lourd qu'Alexa la laisse derrière elle au Centre Porsche de Howald après avoir passé un week-end aventureux avec elle. Dans les semaines à venir, son mandat de deux ans en tant que présidente de Jonk Handwierk arrivera à échéance. Elle espère marquer cette étape par une petite célébration dans le respect des mesures sanitaires et se réjouit du prochain défi qui s'ouvrira à elle.

En collaboration avec 
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Autopsie 2.0 : Entre la vie et la mort