«J'ai l'activisme politique dans le sang»

Par Sarah RaparoliMisch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Le Luxembourg est connu pour beaucoup de choses. Malheureusement, un large éventail de magasins d'articles d'occasion branchés n'en fait pas partie. Ce que Laure Cales veut changer. La jeune femme dévouée avait prévu d'ouvrir son magasin en mars 2020, mais le Covid lui a alors mis un (premier) bâton dans les roues. Elle s’exprime sur les hauts et les bas du travail indépendant, l'avenir de sa boutique et l'attitude des Luxembourgeois face à la «slow fashion».

C’est un mercredi matin gris. L’application météo du smartphone indique un peu moins de dix degrés au-dessus de zéro – on se dépêche pour se retrouver au chaud. Mais déjà dans la rue, la propriétaire du magasin nous accueille avec un sourire amical et chaleureux. « Entrez ! » répond-elle, en tenant ouverte la porte qui sonne à chaque fois que vous entrez. Le Pilea de la rue Glesener rappelle la « Stuff » de chez soi. De grands fauteuils invitent à des cafés chauds et des gâteaux végétaliens. Au fond. Parce que personne ne s’est assis ici depuis quatre mois.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo jusqu'à 25 ans

    90,00 €
    /an

«J'ai l'activisme politique dans le sang»

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.
En quelle langue souhaitez-vous recevoir la newsletter ? *

En vous inscrivant à la newsletter du Lëtzebuerger Journal, vous autorisez le traitement de vos données personnelles : votre email et votre préférence de langue pour recevoir régulièrement une sélection des derniers articles publiés. Plus d’information dans nos mentions légales.

Suivant

Vert fluo dans le quartier chaud