Il n'y aura pas de modèle unique pour tout le monde

Par Sarah RaparoliMisch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

La semaine de 40 heures n'est-elle pas dépassée depuis longtemps ? Pour quels secteurs la réduction ou la flexibilisation des horaires de travail est-elle judicieuse ? Et le droit à la semaine de quatre jours récemment introduit en Belgique peut-il vraiment servir de bon exemple pour le Luxembourg ? Réponses dans les domaines de la santé, de l'artisanat, de l'économie et de la psychologie.

Le monde traverse une crise profonde. Il semble ne plus pouvoir remonter la pente de cette éternelle descente. Les gens souhaitent d'autant plus avoir plus de temps pour faire ce qu'ils veulent et pas seulement ce qu'ils doivent faire. Il est compréhensible et peu surprenant que le phénomène du « quiet quitting » connaisse un grand succès. En bref, il s'agit, en tant que travailleurs·ses, de n'effectuer que le travail pour lequel on est effectivement payé. Pas d'heures supplémentaires ni de travail supplémentaire qui n'ait pas été préalablement stipulé dans le contrat. Le souhait de réduire le temps de travail ou d'assouplir la charge de travail peut avoir X raisons, mais n'est-il pas de toute façon temps de repenser le modèle des 40 heures ?

« Non, je ne pense pas que nous devions encore travailler 40 heures », répond Tina Koch, infirmière psychiatrique et secrétaire générale de l'association des infirmiers·ères Anil. « Dans notre secteur, nous avons de toute façon une semaine de 38 heures et cela fonctionne sans problème. Cela ne semble pas faire une grande différence, mais par mois, cela représente une journée entière ». Selon une étude Anil réalisée en collaboration avec l'Université du Luxembourg et présentée le 20 octobre, outre le contenu du travail, le traitement reçu par les supérieurs ou encore le volume de travail, l'attitude des personnes interrogées vis-à-vis des horaires de travail actuels a été déterminée. « Nous nous sommes toujours demandé pourquoi tant de personnes quittent le monde du travail. Les horaires de travail sont une raison parmi d'autres. »

Théorique et pratique

Elle ne voit pas de profession dans son secteur où une réduction ne serait pas possible « en théorie ». « En pratique, c'est évidemment une autre affaire ». Ainsi, au vu de la grave pénurie de personnel dans le secteur de la santé, n'est-il pas utopique de parler de réduction du temps de travail ? « Je suis d'avis que cette pénurie ne doit pas être une raison pour ne pas s'attaquer à d'autres problèmes ». Elle voit des personnes qui sont fatiguées, épuisées. « Nous ne pouvons toutefois pas continuer à les accabler jusqu'à l'extrême parce que nous manquons de personnel. S'ils travaillaient moins d'heures, ils auraient plus de temps libre et plus de temps pour se reposer. Quelqu'un qui est certes rebuté par les équipes, mais qui peut travailler de manière plus flexible et moins importante, décidera peut-être malgré tout de s'établir dans ce secteur ». Le personnel qui, à partir d'un certain âge, souffre de problèmes physiques, serait également reconnaissant d'avoir moins d'heures.

Un grand problème est le plan de service qui, selon Koch, est généralement publié trop tard. « Il est vrai que le planning est déjà imprimé un mois avant, mais des modifications peuvent encore être apportées dix jours avant la nouvelle répartition. Nous n'avons aucune certitude quant à la planification et c'est fatigant ». Interrogée sur les réactions des gens du secteur, Koch déclare : « Ils ne sont pas négatifs, mais restent sceptiques. Certains se demandent comment le travail sera encore réalisable en cas de réduction sans personnel supplémentaire, alors qu'il ne l'est déjà plus ». Elle est néanmoins convaincue que les jeunes en particulier peuvent être attirés par ce modèle de travail. Tina Koch est d'avis que les secteurs de la santé et des soins ne sont pas abordés de manière ciblée dans les discussions susmentionnées. « Cela m'étonne, car nous en sommes déjà à la semaine de 38 heures. Travailler moins et de manière flexible est possible, même dans le secteur des soins ». Une réduction supplémentaire pourrait donc être une option.

Accède à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    174,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    16,00 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

As-tu déjà un compte ?

Connecte-toi
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Opgepikt - Een helljhen Moan