Un arsenal contre le Covid

Par Melody HansenLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Deux ans et d'innombrables recherches, études et tests plus tard, nous sommes bien placés pour lutter contre le Covid. Les médecins peuvent recourir à tout un arsenal de médicaments pour éviter des évolutions graves chez les patient·e·s. Mais quels sont-ils, qui les reçoit et comment agissent-ils ? La responsable du service d'infectiologie du Centre Hospitalier du Luxembourg (CHL), Dr Thérèse Staub, nous éclaire.

Lëtzebuerger Journal : Qu'est-ce que le Paxlovid exactement et comment agit-t-il ?

Dr Thérèse Staub : Le Paxlovid est un médicament qui combine deux substances actives. La première (nirmatrelvir ndlr) est antivirale et empêche le virus de se multiplier dans l'organisme. Le deuxième principe actif (ritonavir ndlr) assure que le premier reste longtemps dans le sang. Il augmente la concentration de la première substance active dans le sang. Les antiviraux doivent être pris le plus rapidement possible. Dans les cinq premiers jours de la maladie – sinon, ils n'ont plus d'effet.

Quels autres médicaments sont disponibles sur le marché ?

Il existe un autre médicament appelé Molnupiravir, vendu sous le nom de Lagevrio. Ce médicament n'a toutefois pas reçu l'autorisation de mise sur le marché de l'Agence européenne des médicaments (EMA ndlr).

Pourquoi ?

Parce que les études n'ont pas montré une efficacité suffisante. On peut tout de même le prescrire au Luxembourg – et c'est ce que nous faisons – mais le patient doit signer qu'il est d'accord de le prendre. Ce qui est gênant avec le Paxlovid, c'est qu'il y a beaucoup d'interactions avec d'autres médicaments. Il existe un site internet sur lequel nous pouvons vérifier les interactions avec d'autres médicaments. Celles-ci se produisent par exemple en rapport avec la prise de médicaments qui fluidifient le sang, de médicaments contre le cholestérol ou d'immunosuppresseurs (substances qui diminuent les fonctions du système immunitaire ndlr) que prennent les personnes qui ont reçu un don d'organe. Si l'on prend l'un de ces médicaments, il est très difficile de prendre du Paxlovid. Dans ce cas, on peut éventuellement prescrire du Lagevrio. Les pharmacies de la capitale ne vendent toutefois que du Paxlovid. Il faut venir chercher le Lagevrio ici, au CHL, ou dans une autre pharmacie d’hôpital.

Accède à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    174,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    16,00 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

As-tu déjà un compte ?

Connecte-toi
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

En mal de diagnostic