Rester pour l'humanité

Par Melody Hansen Changer en anglais pour l'article original

Sam Mort est l'une des derniers occidentaux·ales - et l'une des encore plus rares femmes occidentales - qui restent en Afghanistan. En tant que chef de la communication, du plaidoyer et de l'engagement civique pour l'Unicef Afghanistan, l'Écossaise est actuellement basée à Kaboul. Dans un entretien par vidéoconférence, elle parle ouvertement au Lëtzebuerger Journal de son parcours inhabituel à l'Unicef, des heures de peur lors de l'évacuation en août et des défis du travail humanitaire dans un pays confronté à plus d'une crise.

Lëtzebuerger Journal : Vous êtes l'une des dernières occidentales en Afghanistan et – je suppose – qu'il y a encore moins de femmes occidentales qui se trouvent en Afghanistan ?

Samantha Mort : Avec les voyages et le RnR (Rest and Recuperation), nous sommes environ 15 internationaux à l'Unicef de Kaboul en ce moment. Il y a probablement environ six femmes ici avec moi. Je ne sais pas combien il y a de femmes dans les autres agences de l'ONU. Mais il est juste de dire que le nombre de personnel international dans les différentes disciplines en Afghanistan a considérablement diminué. Toutes les ambassades – à l'exception, je crois, de l'ambassade de Chine – sont parties. Il y a eu un exode massif des ONG, des ONGI et du personnel politique non essentiel des Nations unies. Mais les agences humanitaires sont, pour la plupart, restées.

Pendant l'évacuation, avez-vous pensé à partir ?

Cela ne m'a jamais traversé l'esprit. À l'Unicef, l'Afghanistan est ce que nous appelons un poste de travail E, E signifiant urgence – tout comme l'Irak, la Syrie, le nord du Nigeria ou le Yémen. L'Unicef a été créé après la Seconde Guerre mondiale pour aider les enfants à se remettre de leurs traumatismes et à rétablir les services de base. L'un de nos mantras est donc « L'Unicef est là avant, pendant et après une crise ». Quand les choses se corsent, quand vous êtes dans un poste de garde, vous vous tassez et vous vous mettez au travail. Honnêtement, mon état d'esprit était le suivant : « C'est pour cela que j'ai été amenée ici. » Quand vous êtes dans les communications et les médias, vous n'avez aucun mérite quand vous parlez de ce qui se passe en Afghanistan depuis les Highlands d'Écosse. Alors non, ça ne m'a jamais traversé l'esprit de partir. Mais, bien sûr, il y a eu des moments effrayants. Je suis un être humain comme tout le monde.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Rester pour l'humanité

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

To complete the subscription process, please click the link in the email we just sent you. Check your spam or junk folder too, in case of doubt.

Suivant

J'ai deux mots à vous rire - Small is beautiful