Protéger contre les bonnes intentions

Par Melody HansenLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Les personnes qui prennent la décision de recourir à des mesures de privation de liberté dans le cadre des soins sont confrontées à un équilibre délicat entre la protection de la personne concernée et la restriction de sa liberté. La Commission Consultative des Droits de l'Homme demande donc un cadre juridique pour ces décisions. Entretien avec le président Gilbert Pregno sur les comités d'éthique, la politique en matière de pandémie et la place des personnes âgées dans notre société.

Lëtzebuerger Journal : Entre 2010 et 2013, le traitement des mesures de privation de liberté dans les maisons de repos a quelque peu été évoqué dans le discours public. Après cela, on en a à peine parlé. Comment expliquer cela ?

Gilbert Pregno : D'une manière générale, je ne pense pas que les questions de droits de l'Homme ou d'éthique fassent bondir les gens dans ce pays. Dans un pays où les moyens sont si importants, les gens préfèrent construire de nouvelles structures et se soucier moins du contenu. Les questions d'éthique et de droits de l'Homme, en particulier, ne jouent qu'un rôle secondaire. La pandémie est arrivée de manière inattendue et a eu l'effet d'une gifle. Un état de stupéfaction s'est développé. Même avant ça, il y avait tellement de choses à rattraper et ce n'était pas fait. Je crains maintenant que nous ne tirions aucune leçon de la pandémie.

La Commission des droits de l'Homme (CCDH) avait-elle alors cette question à l'esprit ?

En 2013, la CCDH a rédigé un rapport sur ce sujet dans lequel nous avons abordé un certain nombre de questions. Le fait que nous n'y soyons pas revenus depuis lors est lié à nos ressources. Nous n'avons pas assez de ressources pour suivre toutes les questions. Nous publions un rapport et ensuite nous n'arrivons pas à regarder ce qui a été mis en œuvre.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Protéger contre les bonnes intentions

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Le club des « Handball Boullistes » d'Esch