«Maintenir la cohésion du parti»

Par Pascal SteinwachsAnouk Flesch Changer en allemand pour l'article original

Yves Cruchten a été secrétaire général des socialistes luxembourgeois pendant près de dix ans et il avait prévu de faire une pause dans son travail au sein du parti. Puis, en mars de l'année dernière, il a pris la présidence du LSAP. Il dirige maintenant son parti vers la super-année-électorale de 2023.

Un ancien leader des sociaux-démocrates allemands (Franz Müntefering) a un jour appelé la présidence du SPD comme « le plus beau poste à côté du Pape ». Dans notre pays, Yves Cruchten (45 ans) occupe cette fonction – et il est tout à fait satisfait. Le lève-tôt, qui se lève tous les jours à 5 heures du matin et qui se couche  peu après le « heute-Journal », est également député LSAP (depuis 2013) et politicien communal à Käerjeng (depuis 2005). Durant son interview avec Lëtzebuerger Journal lundi dernier, le président du LSAP s’est montré calme et détendu.

Lëtzebuerger Journal: Comment allez-vous au début de ce qui est maintenant la deuxième année de Covid-19?

Yves Cruchten: En fait, je ne manque de rien. Mais je serai heureux, comme probablement tout le monde, quand un jour tout cela sera fini, parce que cette pandémie nous tape vraiment sur les nerfs. La situation actuelle incite à un optimisme prudent, je suis donc moi aussi plutôt optimiste…

Il y a moins d’un an, vous avez été élu nouveau président du LSAP avec un résultat d’élection rappelant presque la Corée du Nord (98,6 %), après que Francine Closener a retiré sa candidature pour des raisons personnelles. Appréciez-vous votre nouvel emploi, après avoir été secrétaire général pendant neuf ans, suite à quoi vous vouliez vous retirer?

En fait, j’avais prévu de faire une pause dans mon travail au sein du parti, mais pour les raisons venant d’être mentionnées, cela n’a pas été aussi long que je l’avais imaginé. Par contre, j’ai pris la présidence du parti avec conviction – je le fais avec beaucoup de plaisir et d’engagement. Cependant, je n’étais qu’à une semaine de mon nouveau rôle lorsque la pandémie de Covid-19 a commencé. Par conséquent, je n’ai pas encore été en mesure de réaliser maintes choses que j’avais prévues en tant que nouveau président de parti.

Au fait, que fait votre secrétaire général, dont on n’entend pas grand chose?

Je suis très content d’avoir Tom Jungen pour m’aider. Il n’est pas juste un bon ami personnel, mais aussi un bourreau de travail très engagé dans le parti, ainsi que dans sa commune. Il me donne un grand coup de main dans le travail quotidien du parti. Tom le fait vraiment bien…

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo jusqu'à 25 ans

    90,00 €
    /an

« Garder la cohésion de la boutique »

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.
En quelle langue souhaitez-vous recevoir la newsletter ? *

En vous inscrivant à la newsletter du Lëtzebuerger Journal, vous autorisez le traitement de vos données personnelles : votre email et votre préférence de langue pour recevoir régulièrement une sélection des derniers articles publiés. Plus d’information dans nos mentions légales.

Suivant

« Un pessimiste devient très rarement un entrepreneur »