Le « Master of metal »

Par Laura TomassiniLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Des voix distordues, une batterie rapide et des guitares qui sonnent tout sauf «clean»: C'est le monde de Maxim Losch, d'un personnage qui sort du cadre. L'ingénieur du son s'est spécialisé dans le mixage et le montage de musique métal. Sans avoir obtenu de diplôme, ce jeune homme de 26 ans réussit à devenir le chef d'un département universitaire entier et ose maintenant franchir le pas vers l'indépendance.

« Quand j'avais 9 ou 10 ans, mon père a mis un CD de System of a Down dans la voiture. C'est par lui que j'ai découvert la musique plus dure », révèle Maxim Losch. Le natif de Rumelange est l'heureux propriétaire d'un studio d'enregistrement flambant neuf qui s'est donné pour mission de donner aux chansons de métal le son approprié. Toutefois, il n'était pas acquis que Maxim s'installerait finalement dans sa ville natale pour y travailler en tant qu'indépendant. La carrière du jeune homme est tout sauf ordinaire – selon les normes luxembourgeoises.

« J'ai abandonné l'école en 2ème parce que je ne m'intégrais pas et que je n'y étais plus heureux », explique Maxim. Il ne peut rien faire qu'il ne soutienne pas à 100% et le système scolaire du Grand-Duché n'était tout simplement pas pour lui, dit l'ingénieur du son. « Je ne peux pas dire si l'école m'a laissé tomber ou si j'ai laissé tomber l'école. En tout cas, à cette époque, je cherchais un moyen de m'en sortir et de pouvoir enfin faire ce que j'aime. »

De l'abandon scolaire à ingénieur du son

Maxim avait déjà commencé à jouer de la batterie et du cajón lorsqu'il était jeune et a rapidement découvert sa passion pour tout ce qui est percussif. « Tout mon cercle d'amis était composé de musiciens à un moment donné et c'est aussi grâce à un bon ami que j'ai étudié l'ingénierie du son. » En tant qu'élève ayant abandonné l'école et n'ayant pas obtenu le baccalauréat, la plupart des portes de l'université étaient fermées, mais à l'Institut SAE de Cologne, Maxim a trouvé une école technique qui offrait aux jeunes comme lui la possibilité d'étudier même sans diplôme.

« Je n'avais pas vraiment réfléchi à la direction que cela prendrait. Je savais juste que je voulais poursuivre cette voie », dit Maxim aujourd'hui. À l'époque, l'avenir du jeune musicien marquait encore un grand point d'interrogation, mais il a su l'assumer. En avril 2015, il a donc commencé son apprentissage de technicien du son – un métier qu'il connaissait un peu avant cela. « A 16 ans, j'avais effectué un stage à la radio DNR, je jouais de plusieurs instruments et j'avais aussi déjà travaillé avec un micro. Mais je n'ai pas vraiment remarqué que le domaine était vraiment fort jusqu'à ce que je sois à Cologne. »

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

Le « Master of metal »

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Business et droits humains, indissociables à terme