Le glissement de terrain qui fait des vagues

Par Melody HansenLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Un glissement de terrain dans la commune de Schengen provoque l'émoi des habitants du petit village d'Emerange. Il soulève des questions non seulement sur la conservation de la nature, mais aussi sur les frontières nationales, le tourisme des déchets de construction et la protection contre les inondations.

Dans le petit village d'Emerange, dans la commune de Schengen, un ruisseau appelé « Aalbach » ou « Gander » sépare le Luxembourg de la France. Lorsqu'un glissement de terrain du côté français a presque entièrement bloqué l'écoulement de l'eau il y a environ deux mois, les habitants d'Emerange étaient en émoi – et le sont toujours. En effet, le propriétaire du terrain situé en face, à Puttelange-lès-Thionvilles, n'a effectué qu'un travail de fortune pour débarrasser le ruisseau de la terre. « À un moment donné, le ruisseau était large de huit mètres, maintenant il ne l'est plus que de deux mètres », estime un habitant. Il craint que le rétrécissement n'ait un impact sur le risque d'inondation dans le village.

Manuela Boesen partage cette crainte. Elle vit dans une maison qui borde directement l'« Aalbach ». Pourtant, l'eau n'est entrée qu'une seule fois dans sa cave. En mai 2016, alors que de fortes pluies avaient provoqué des inondations dans tout le pays. En raison du rétrécissement important du lit d'eau, elle craint que l'eau monte plus rapidement à l'avenir lors de fortes averses et ne se retire que lentement.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

Le glissement de terrain qui fait des vagues

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

«Nous ne sommes certainement pas obscurs»