La ruée vers la fraîcheur

Par Camille FratiEric Engel

Encore exotique dans nos contrées il y a dix ans, la climatisation fait sa place à la faveur d’étés de plus en plus chauds et d’une meilleure performance environnementale et énergétique que dans le passé.

Rares étaient les logements équipés d’un conditionnement d’air il y a vingt ou dix ans. La chaleur modérée des étés luxembourgeois faisait de la climatisation un luxe, une lubie de personnes fortunées et/ou excentriques. Les temps ont changé et la climatisation a trouvé son chemin dans une part croissante de logements même si le Luxembourg reste bien en-deçà des États-Unis, dont 90% des habitant·e·s respirent un air climatisé à leur domicile.

Difficile de savoir combien de logements sont aujourd’hui dotés d’une climatisation. Les données du Statec permettent tout juste de relever qu’en 2019 le pays comptait 310 entreprises de plomberie, d’installation chauffage et de conditionnement d’air, soit une centaine de plus qu’en 2005. La Fédération du génie technique relève de son côté une cinquantaine d’entreprises réellement spécialisées dans l’installation de climatisation et de pompes à chaleur parmi ses membres. « De plus en plus de gens demandent une climatisation et une pompe à chaleur pour leur domicile », confirme en tout cas Claude Schreiber, vice-président de la Fédération du génie technique. « D’ailleurs les installateurs sont un peu embêtés puisque les fournisseurs ne parviennent pas à livrer assez vite. »

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Cauchemar au second regard