Cauchemar au second regard

Par Laura TomassiniLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

C'est l'une des grandes étapes de la vie : L'emménagement dans le premier appartement en location, l'achat de la maison commune, la remise officielle des clés. L'achat d'un bien immobilier scelle le rêve de posséder ses propres murs. Mais lorsque des vices cachés inattendus apparaissent, le rêve peut rapidement se transformer en cauchemar.

Pour Maxime (nom modifié par la rédaction) et sa compagne, 2018 était censée être l'année où ils allaient mettre la cerise sur le gâteau de leur bonheur amoureux : En mai, le couple a signé l'achat de leur nouvelle maison, dans laquelle ils souhaitent avoir des enfants un jour et viellir ensemble. Pendant près d'un an, le bâtiment de 300 mètres carrés a figuré dans les annonces des agences immobilières locales, et c'est finalement Lena (nom modifié par la rédaction) et Maxime qui l'ont acheté pour environ un million d’euros. A l'époque, aucun des deux ne se doutait que la transaction comportait plusieurs vices cachés.

« L'ancien propriétaire avait construit la maison avec sa propre entreprise et avait divisé les étages supérieurs en deux studios qui étaient loués. Lorsque nous y sommes allés pour la visite, tout nous a tout de suite plu, car nous pouvions imaginer pour plus tard aménager des appartements pour nos enfants sous les combles », se souvient Maxime. Certes, le papier peint s'était déjà un peu décollé sous le toit en raison de l'humidité et il fallait percer une brèche au deuxième étage, mais le couple était prêt à assumer les coûts qui en découlaient, car ils se trouvaient dans les locaux de leurs rêves.

Mené·e·s en bateau

« Le propriétaire nous a assuré que le toit avait été réparé et que la garantie décennale était encore valable pendant deux ans, nous espérions donc qu'il ne nous mentirait pas », explique Maxime. Une enquête chez le notaire a révélé que l'entreprise du vendeur avait fait faillite et que la garantie n'était donc plus valable, mais le bon contact entre les deux parties a rassuré les acheteurs potentiels et le contrat de vente a été signé. Six mois plus tard, Maxime et Lena ont découvert qu'ils avaient été trompé·e·s, car plusieurs pièges financiers se cachaient à l'intérieur de la maison.

« En décembre de la même année, il y a eu un gros orage et tout à coup, des seaux d'eau ont coulé à travers les cadres de nos fenêtres », nous raconte le propriétaire provisoire. Lorsque Maxime s'est précipité sur le toit pour contrôler la partie prétendument réparée par mesure de sécurité, l'eau s'est également mise à couler à l'intérieur de la maison et, en y regardant de plus près, il a découvert une sorte de duvet sur les plinthes en bois – il y avait donc déjà eu une infiltration d'eau à cet endroit. « J'ai bien sûr immédiatement appelé le vendeur, mais celui-ci m'a affirmé qu'il n'avait jamais eu de problème avec cela et qu'il se renseignerait auprès du couvreur qui avait effectué les travaux. »

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

J’ai deux mots à vous rire - Qatar(sis) catho(dique)