La fin de la grippe?

Par Misch Pautsch

Grâce aux gestes barrières, la grippe saisonnière, composante habituelle de l’hiver dans la plupart des pays, a presque complètement disparu. Dr Trung Nguyen, responsable du service virologie et sérologie du Laboratoire national de santé, explique ce que ça pourrait signifier pour le développement futur des infections grippales.

Le Covid-19 monopolise le discours au détriment des autres maladies, à tel point que l’absence de la grippe saisonnière dite normale – composante désagréable et même parfois létale de chaque hiver – n’a même pas été remarquée par une bonne partie de population. Il s’agit à la fois d’un dommage collatéral de la lutte contre le Covid-19 et d’un signe clair de l’efficacité des gestes barrières. Le monde se serait-il débarrassé pour de bon de la nuisance grippale ?

Lëtzebuerger Journal : Selon plusieurs journaux scientifiques, la grippe a presque complétement disparu au niveau mondial au cours de la dernière année. Est-ce aussi le cas au Luxembourg ?

Dr Trung Nguyen : Oui, dans le monde entier en fait, tout à fait. Elle n’a pas disparu entièrement, mais elle arrive beaucoup moins bien à se transmettre. C’est vrai que nous ne voyons plus du tout certaines souches (grippales).

C’est le résultat de l’isolement social ?

Ce sont les gestes barrières, ainsi que les voyages qui ne se font plus et le travail à distance. Le virus a besoin de proximité et de contact humain pour se propager. Si on bloque les contacts, il ne peut évidemment plus se transmettre. Et comme il a le même mode de transmission que le Covid-19, si on empêche le Covid-19 de circuler, on empêche la grippe de circuler aussi, ce qui entraine une réduction des contaminations.

Et pour le futur de ce qu’on appelle « la » grippe, dont ils existent plusieurs variations, ça veut dire quoi exactement ? A-t-on éradiqué cette nuisance ?

Il y a des dizaines de virus respiratoires qui se transmettent plus ou moins de la même façon, et plus ou moins pendant la même période de l’année. On parle des rhumes et de virus similaires qui tous circulent beaucoup moins bien en ce moment. Aussi longtemps qu’on gardera nos habitudes actuelles, je crois que leur circulation sera réduite en relation avec ces gestes barrières. Mais on ne sait pas du tout ce qui va se passer exactement quand les choses reviendront à la normale. Ça dépend de nous : est-ce qu’on va continuer à se comporter de la même manière ? Mais si on revient à la normalité, comme avant le Covid-19, les grippes vont certainement revenir.

Par ailleurs, les souches saisonnières ne circulent plus, mais d’autres souches peuvent émerger ou réémerger dans le futur, parce que les réservoirs de ces grippes, ce sont les animaux sauvages et domestiques. Ils infectent les animaux comme les oiseaux, les poulets, des cochons, par exemple. Et de telles grippes qui circulent entre les animaux, on ne peut pas les contrôler évidemment. La transmission de ces souches à l’homme est rare mais pas impossible. On peut donc certainement avoir une diminution temporaire, mais lorsque les choses redeviendront normales, une autre souche de grippe peut revenir. Le rhume et la grippe ne vont pas disparaître.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

La fin de la grippe?

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Une histoire de dents qui a tout changé en Europe