« Je suis ici pour construire des ponts »

Par Philippe Schockweiler Changer en anglais pour l'article original

Écouter cet article

Ce dimanche, l'exilée Svetlana Tikhanovskaïa est arrivée au Luxembourg pour des entretiens au Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE. Le Lëtzebuerger Journal s'est entretenu avec la présidente élue de facto du Belarus avant que celle-ci ne rencontre les autorités locales et n'établisse pour la première fois une ligne de contact durable entre le Luxembourg et le mouvement populaire démocratique du Belarus.

Cet article est mis à ta disposition gratuitement. Si tu veux soutenir notre équipe, inscris-toi à un abonnement !

Plus de 50 Bélarussiens exilés au Luxembourg ont attendu pendant deux heures dans la chaleur d'un jour d'été couvert, agitant anxieusement leurs drapeaux. L'une de ces jeunes qui n'ont cessé de chanter des airs d'opposition et des airs folkloriques du Belarus s'appelait Aliona A. « La répression en Belarus a atteint un niveau tel que les diasporas deviennent une partie vitale et enfin visible des protestations. » Elle affirme qu'il est presque impossible de gagner la protestation en Belarus seul et la pression de l'extérieur aidera très probablement à sortir de l'impasse. Mais nous devons écourter l'interview. Aliona, la jeune professionnelle de Minsk, est impatiente de rencontrer sa présidente en exil. Il est peu après 17 h 15, la « présidente Sveta », comme l'appellent affectueusement les Biélorusses, arrive sur la place de la Constitution pour rencontrer la communauté. Les gens sont en liesse et crient affectueusement « Sveta, Sveta », son surnom. Pendant 45 minutes, Svetlana Tikhanovskaïa prend le temps d'écouter la diaspora, sa détresse et ses histoires. Elle écoute presque avec révérence, les gens parlent calmement, certains des exilés biélorusses luttent contre leurs larmes. Elle écoute les histoires de personnes qui ont laissé leur pays derrière elles et ont été expulsées de force de chez elles, ou les histoires de personnes qui ont fait face à des punitions sévères et à la répression en fuyant leur pays. Une femme remarque : « un vrai Biélorusse est une personne qui a été injustement mise en prison au moins une fois dans sa vie ! »

Lëtzebuerger Journal : Madame Tikhanovskaïa, bienvenue au Luxembourg. Vous êtes pour la première fois au Grand-Duché et après avoir rencontré tant de chef·fe·s d'État et d'hommes et femmes politiques européen·e·s, vous aurez la chance de vous entretenir avec le ministre des Affaires étrangères et le Premier ministre. Quelles sont vos impressions sur le Luxembourg et qu'espérez-vous réaliser ici ?

Svetlana Tikhanovskaïa : Tout d'abord, je rencontrerai le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg pour une mise à jour générale sur la situation du Belarus, ce sera une réunion pour discuter des points communs, des opportunités et des chances de travailler ensemble. Le Luxembourg a été actif dans une coalition d'autres pays pour faire pression sur le régime de Minsk et l'entourage politique de Loukachenko. Nous recherchons maintenant activement des alliés et des possibilités d'aider notre peuple par une assistance technique : Comme vous le savez, de nombreux journalistes, l'essentiel de la société civile, des travailleurs et des scientifiques ont été interdits ou licenciés, leurs activités ont été dissoutes et interdites. Le Luxembourg pourrait avoir un rôle à jouer, en tant que l'un des pays les plus riches du monde, afin d'aider à soutenir ces personnes qui ont tout perdu.

© Alyona Kramarenko

Lorsque vous rencontrez des dirigeant·e·s et des diplomates étranger·ère·s, faites-vous uniquement état de la situation actuelle ou proposez-vous également un regard sur l'avenir de la Belarus ?

Nous voulons surtout parler de l'avenir de la Belarus et regarder vers le futur : Le Luxembourg a un énorme savoir-faire dans la manière de construire des partenariats économiques et nous pensons que nous pouvons travailler de manière proactive avec le Luxembourg pour investir dans l'avenir. Le Luxembourg est certainement déjà un allié du peuple libre de la Belarus à travers son alliance avec les partenaires européens, mais nous sommes également ici pour approfondir ce lien. Nous sommes ici pour établir des liens et construire des ponts.

Réaction du ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn

  • « La réunion d'hier soir nous a permis, à travers le témoignage de Madame Tikhanovskaïa, d'avoir un aperçu de la situation actuelle en Belarus et également de nous faire une idée de la manière dont la population fait face à cette situation. Pour ma part, j'ai pu exprimer la solidarité du gouvernement luxembourgeois avec l'opposition bélarussienne et j'ai informé Mme Tikhanovskaïa des efforts que nous déployons actuellement au niveau de l'UE pour faire pression sur Monsieur Loukachenko et son régime, notamment un quatrième paquet de sanctions très substantiel, comprenant un plan d'investissement d'un montant de 3 milliards d'euros, qui serait accordé au Belarus en cas de transition démocratique. »

Comme de nombreux pays européens, le gouvernement du Premier ministre Bettel a réagi très rapidement en condamnant le détournement de l'avion de ligne civil transportant Roman Protassevich et son épouse Sofia Sapega. Ces sanctions contre le régime biélorusse sont intervenues plus rapidement que les sanctions contre la Russie, par exemple, où le Luxembourg semble également plus hésitant ?

Nous sommes ici pour parler et approfondir nos relations et non pour parler de la Russie : Le Luxembourg, comme tout autre pays, peut avoir des relations économiques, commerciales et diplomatiques étroites avec n'importe quel pays, que ce soit l'Allemagne ou la Russie. Permettez-moi de vous rappeler que nous sommes ici pour parler de l'agenda de la Belarus et nous sommes ici pour parler de la manière dont ces sanctions vont se présenter et comment elles sont mises en place. Pendant dix mois, nous avons tenté par différents canaux diplomatiques et appels de changer le régime de la Belarus. Nous avons utilisé les canaux officiels, l'ONU, l'OCDE, les contacts privés et commerciaux, mais il était tout à fait impossible de faire entendre raison au régime. Il n'a écouté ni les diplomates ni personne d'autre. Il est important de noter que le régime s'est imposé ces sanctions. Il a obligé l'Union européenne à le faire et ne lui a laissé aucun choix, car le régime n'a tout simplement pas écouté la moindre proposition.

« Le Luxembourg pourrait avoir un rôle à jouer, en tant que l'un des pays les plus riches du monde, afin d'aider à soutenir ces personnes qui ont tout perdu. »

Svetlana Tikhanovskaïa

Vous avez visité tant de pays et partout où vous allez, vous rencontrez la diaspora belarussienne. Quel effet cela vous fait-il de rencontrer un tel soutien à votre cause, où que vous alliez ?

Lors de mes voyages dans différents pays, c'est toujours le moment le plus agréable de mes visites. Je suis si reconnaissante de pouvoir écouter et entendre les voix de ces personnes, car ce sont elles qui ont permis de maintenir la visibilité et la médiatisation de la protestation en Belarus. Le fait que toutes ces diasporas se soient unies l'été dernier pour former une seule voix et soutenir la population en Belarus est une chose merveilleuse. Les Bélarussiens ont besoin de ce soutien, car ils souffrent énormément et, depuis près de 300 jours, les diasporas partagent la même douleur, car nous sommes tous Bélarussiens. Nous sommes très reconnaissants de ce soutien moral mais aussi financier pour notre peuple.

Au cours des prochains jours, vous poursuivrez vos travaux sur l'avenir de la Belarus et sur les sanctions proposées. À quoi ressemble votre agenda pour les jours à venir ?

Dans les prochains jours, nous allons travailler avec les partenaires de l'Union européenne sur la liste des sanctions. Ils nous présenteront la liste, nous pourrons donner notre avis et nous verrons ce que ce paquet de sanctions peut faire. Sur un sujet cependant, je veux mettre en garde les gouvernements européens et leur demander de rester très prudents. Comme vous le savez, nous nous battons pour la libération de tous les prisonniers politiques et prisonniers de conscience en Belarus. Mon message est clair, ne faites pas de commerce avec les prisonniers politiques, nous savons par le passé que Lukashenko a joué avec la vie des prisonniers contre la levée des sanctions, mais notre condition préalable est la suivante : Tout le monde doit être libéré. Il n'y a pas de coupables dans les prisons en Belarus et nous ne permettrons pas à Loukachenko de jouer avec 10 ou 15 prisonniers pour les libérer.

© Alyona Kramarenko