«Vous allez me respecter, c'est cela qui compte»

Par Jang KapgenLex Kleren Changer en anglais pour l'article original

Mark Segal s’est battu pour les droits LGBT+ depuis l’âge de 18 ans. Il a aujourd’hui 70 ans. Après avoir assisté aux émeutes de Stonewall, organisé la toute première Pride et provoqué plusieurs perturbations à la télévision, le militant gay a été interviewé par le Lëtzebuerger Journal sur son militantisme de toute une vie et sur les raisons de sa visite au Luxembourg.

Il n’est pas toujours facile d’être homosexuel dans la société d’aujourd’hui. Mais imaginez à quoi ressemblait la vie d’une personne homosexuelle il y a 50 ans. Ce changement est dû à des militants comme Mark Segal. C’est pourquoi le Centre Cigale a accueilli Mark Segal dans le cadre de sa tournée européenne, lors de son premier événement post-confinement.

Mark Segal est un militant depuis qu’il a été témoin des émeutes de Stonewall (New York) en 1969 – alors qu’il n’avait que 18 ans. En réaction à la résilience des homosexuels lors de ces émeutes, il a fondé l’organisation Gay Liberation Front avec ses camarades militants et a coordonné la toute première Pride en 1970. Afin d’attirer l’attention du public sur les problèmes des homosexuels, il réalise plusieurs « zaps » célèbres et mal accueillis et perturbe des émissions de télévision nationales en direct de 1972 à 1974. Après s’être battu pour obtenir un coup de projecteur, Mark Segal commence à parler à plusieurs décideurs politiques dans les années qui suivent. En 1976, il a ensuite lancé son « journal militant », Philadelphia Gay News, afin de rendre les nouvelles homosexuelles accessibles et visibles. Aujourd’hui, M. Segal est toujours un journaliste et un militant actif, travaillant actuellement avec l’administration Biden pour lutter pour la libération des homosexuels à l’intérieur et à l’extérieur des États-Unis.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

«Vous allez me respecter, c'est cela qui compte»

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

J'ai deux mots à vous rire - Le mieux est l’ennemi du tien