Une montagne de déchets à conquérir

Par Christian BlockMike Zenari Changer en allemand pour l'article original

L'année dernière, moins de déchets ont abouti dans l'incinérateur du Sidor. Mais ce n'est pas la fin du voyage pour nos déchets résiduels. En attendant, le Covid-19 soulève une fois de plus la question de l'élimination des déchets infectieux.

Soyons francs : qui, n’importe où, n'est pas soulagé d'avoir l'assurance que, semaine après semaine, quelqu'un viendra vider sa poubelle noire ? Aucune question n'est posée. Même si nous payons pour ce service.

Mais qu'advient-il réellement des objets qui ne sont plus utiles au citoyen moyen ? Une personne qui doit le savoir est Patrick Christophory. L'ingénieur est l'un des quatre employés du Sidor, le syndicat intercommunal pour la gestion des déchets des communes des cantons de Luxembourg, Esch et Capellen. La petite équipe fait le lien entre les communes et l'exploitant de l'usine d'incinération des déchets de Leudelange, « Energy from Waste » (énergie à partir de déchets).

Jusqu'à 600 tonnes de déchets ménagers, encombrants et commerciaux sont livrés ici chaque jour. Des camions déversent les déchets résiduels, matelas, vieux canapés, meubles en plastique ou tapis dans un grand hall. Les déchets sont ensuite transportés par portions jusqu'à leur destination par une grue : Les déchets résiduels sont incinérés à des températures d'au moins 850 degrés. Cela représente environ 165.000 tonnes par an. Une énorme montagne de déchets qui disparaît pratiquement grâce à la valorisation thermique. « Les gens oublient souvent qu'il s'agit d'une hygiénisation », note M. Christophory. Tant que le volume général des déchets ne pourra pas être réduit de manière drastique, l'alternative sera la mise en décharge avec toutes ses conséquences néfastes sur le climat et l'environnement. Mais personne ne veut cela.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Une montagne de déchets à conquérir

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

«Vous allez me respecter, c'est cela qui compte»