Une avocate dans la Jungle de Calais

Par Camille FratiLex Kleren

Nora Fellens, 31 ans, achève en janvier une année de bénévolat auprès des migrant·e·s échouant à Calais, souvent dans l’espoir d’un passage au Royaume-Uni.

Cet article est mis à votre disposition gratuitement. Si vous voulez soutenir notre équipe et le journalisme de qualité, abonnez-vous maintenant.

C’est dans une petite maison de maître du Limpertsberg que nous reçoit Nora Fellens. Il s’agit de l’étude Wagener & Erpelding qui l’a accueillie pour son stage et auprès de laquelle elle a fait ses armes juridiques : droit du travail, de la famille, commercial… C’est le contentieux qu’elle préfère. Et elle conserve quelques dossiers, principalement de mineur·e·s, qu’elle suit lors de ses retours au Luxembourg.

Admise au Barreau en 2016, Nora Fellens est dans la fleur de l’âge et dans cette première décennie de métier durant laquelle elle a tout à apprendre et à expérimenter. Elle devrait trimer comme ses semblables, accumuler les dossiers, engranger de l’expérience, écumer les tribunaux, assouvir sa soif de plaidoirie.

Mais elle a choisi un autre chemin. Elle travaille depuis janvier 2020 comme bénévole à la Cabane Juridique, une association française attachée à informer les migrant·e·s – les « personnes exilées », corrige-t-elle – sur leur droits et à les accompagner dans la défense de ces droits trop souvent bafoués sur leur parcours vers une vie décente. Des personnes qui échouent à Calais. Cette ville portuaire du nord de la France a la particularité de se trouver à quelques encablures de l’autoroute empruntant l’Eurotunnel pour rejoindre le Royaume-Uni, Eldorado de milliers de migrant·e·s en Europe.

La suite de cet article est gratuite

Elle est disponible pour les utilisateur·rice·s abonné·e·s à la newsletter, qui est envoyée deux fois par semaine, et ayant un compte Journal.

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de votre inscription à la newsletter, veuillez-nous contacter abo@journal.lu.

Suivant

La longue route vers un pays favorable au vélo