Un échantillon du patrimoine mondial à Remich

Par Melody HansenLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Renato Nazzaro est sans doute le pizzaiolo le plus connu de la Moselle. A la découverte de l’histoire de ce natif d’Italie de 41 ans si populaire et de ses projets d'avenir.

C'est un jour d'avril ensoleillé et Renato Nazzaro se tient derrière son four à pizza napolitain original – comme presque toujours. Cette fois sur roues. Depuis environ un mois, le chef d'origine italienne prépare ses fameuses pizzas non seulement au Café um Moart sur la place du Marché, mais aussi dans son tout nouveau food truck sur le parking de la piscine de Remich. Et les affaires marchent bien : « Les soirs où nous avons ouvert le food truck jusqu'à présent, nous avons vendu environ 180 pizzas », dit-il. Si le restaurant du centre était ouvert en même temps, cela faisait un total de près de 400. Il n'y a pratiquement personne le long de la Moselle qui ne connaisse pas Renato et sa pizza. La rumeur s'est même répandue dans la capitale : « Si l’on veut une bonne pizza, il faut aller chez Renato à Remich », a-t-on entendu il y a peu à la table d’une collègue.

Couvert de farine de haut en bas, l'homme de 41 ans jongle entre la pâte à pizza, les client·e·s qui attendent et ses deux filles Gaia et Angela, qui sont de passage avec leur mère et leur grand-père. Le père de Renato a déménagé au Luxembourg il y a deux mois, afin de rejoindre son fils et ses petites-filles. « Ma mère est morte il y a deux ans et mon père s'est retrouvé tout seul en Italie. J'ai lui ai aménagé un appartement et il vit maintenant tout près de nous », dit Renato.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

Un échantillon du patrimoine mondial à Remich

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Dix ans de bras de fer