Un choix radical

Par Audrey SomnardLex Kleren

Ils prennent le contrôle de la contraception dans leur couple. Ces hommes ont choisi la vasectomie pour en finir avec le risque d’une grossesse non désirée.

Pilule, implant, dispositif intra-utérin, à part le préservatif et les méthodes dites « naturelles », les moins fiables, la contraception revient pour la très grande majorité aux femmes dans les couples hétérosexuels. Rendez-vous annuels chez le gynécologue, coûts importants sur une vie, inquiétude d’oublier la pilule, sans parler des effets secondaires, le poids est parfois lourd à porter afin d’éviter une grossesse non désirée.

Comme beaucoup de femmes, Marie a pris la pilule pendant longtemps, dès l'âge de 19 ans. Pendant de brèves périodes sans partenaire sérieux, elle privilégie le préservatif. Elle rencontre alors son mari il y a plus de 10 ans et ce dernier avait déjà des enfants de son précédent mariage. « Au bout d'un certain temps, nous sommes tombés enceinte. Après la naissance de mon enfant, à 34 ans, je ne voulais plus d'hormones, pour éviter la léthargie, les problèmes de peau, de poids. Je ne voulais pas de stérilet car je savais que certaines femmes avaient eu de mauvaises expériences et, franchement, je ne voulais plus faire d'expériences avec mon corps. Nous utilisions donc la méthode naturelle. Je suivais mon cycle avec une app, le retrait et une large fenêtre d’abstinence », raconte-t-elle.

La question de la contraception s’est imposée

Même chose pour Claudia, 40 ans, mariée avec Patrick, 46 ans, il s’agit d’un deuxième mariage précisent-ils. Claudia a deux enfants d’une précédente union, et le couple n’en désirait pas d’autres. Au fil du temps, la question de la contraception s’est imposée : « J’ai tout essayé, la pilule, le DIU (stérilet). Les effets secondaires ne me convenaient pas, je voulais une solution durable et simple », raconte Claudia. « La plupart du temps, les seules options sont la pilule pour les femmes ou les préservatifs, mais c’est en général sur les femmes que repose le poids de la contraception », complète Patrick. Le couple commence à discuter de plusieurs options, et la vasectomie devient peu à peu une évidence, alors qu’un événement bouleverse leurs certitudes : « Je suis tombée enceinte par accident à quasi 40 ans », raconte Claudia, « ce n’était vraiment pas prévu et souhaité, j’ai dû subir un avortement. C’est là que nous sommes parvenus ensemble à la conclusion que si nous ne voulions pas d’enfants, la vasectomie semblait être la solution la plus simple et la plus évidente ».

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Un choix radical

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

« Que nous puissions enfin travailler à nouveau »