Tabou² : Sexualité et handicap

Par Jeff MannesLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Des séries Netflix comme Sex Education ou Special ont mis le sujet de la sexualité et du handicap au centre de l'attention du public ces dernières années. Mais le handicap continue encore à beaucoup façonner la vie sexuelle. Un reportage entre tabou et fétichisation.

Le validisme. C'est le nom donné dans les sciences sociales, les études sur le handicap et le mouvement des personnes handicapées au système de conviction socialement institutionnalisé et individuellement intériorisé, qui présente le handicap comme une condition humaine inférieure et les personnes handicapées comme des « autres » marginalisés. Cela se traduit ensuite concrètement par des discriminations et des préjugés à l'égard de personnes handicapées. Le terme vient du mot anglais « ableism ». En un peu moins correct, il pourrait aussi être traduit par « handiphobie ».

Tout comme le racisme ou l'hétéronormativité, le validisme est impregné dans l'ensemble de la société et se retrouve dans de nombreux domaines de la vie. Par exemple, dans les films et les séries, les méchant·e·s pirates sont toujours représenté·e·s avec des jambes de bois, des cache-œils ou des mains crochues afin de les déshumaniser, tandis que les bon·ne·s pirates, auxquels les spectateur·rice·s sont censé·e·s s'identifier, vivent presque toujours sans handicap. Ou ce qu'on appelle l’« inspiration porn », qui ne désigne pas de la pornographie au sens sexuel du terme, mais des personnes handicapées décrites comme « inspirantes » et « admirées » pour la simple raison qu'elles sont à même de faire des choses de tous les jours. Le validisme se manifeste lorsque les personnes handicapées ne sont accueillies qu'avec pitié, ou dans l'architecture, lorsque les rues et les bâtiments ne sont pas conçus sans obstacles. Le validisme se manifeste également en médecine, lorsqu'on empêche des personnes handicapées de prendre des décisions indépendantes concernant leur corps. Ou lorsque les personnes handicapées se font traiter comme des enfants et qu'on leur parle ainsi. Il se manifeste également chez les personnes handicapées elles-mêmes, lorsqu'elles intériorisent les convictions négatives de la société à leur égard et ont honte de leur handicap. Et cela se manifeste dans la sexualité.

Vous n’êtes plus abonné.

Votre abonnement a été annulé en raison d’un échec du renouvellement (expiration de votre moyen de payement) ou sur demande de votre part.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Tabou² : Sexualité et handicap

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de votre inscription à la newsletter, veuillez-nous contacter abo@journal.lu.

Suivant

Oppen Dieren - Assistent*innen am EU-Parlament