Passer à l'offensive

Par Pascal SteinwachsLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

«déi jonk Lénk» veut faire campagne pour une société plus juste. Cependant, le groupe de jeunes du parti «déi Lénk» n'a pas un bon mot à dire sur la politique du gouvernement.

Tania Mousel a 31 ans, vit à Sanem travaille à la Bibliothèque nationale et fait partie de « déi Lénk » depuis 2017. Elle est la porte-parole du « déi jonk Lénk » depuis novembre 2020, en compagnie de Smail Suljic, qui était toutefois occupé par ses études au moment de l'entretien, qui a eu lieu lundi dernier, et n'a donc pas pu y assister. C'est Kevin Sousa, 24 ans et originaire d'Esch/Alzette, qui l'a remplacé en participant à la conversation. Il a récemment terminé ses études universitaires, puis a effectué un stage au « déi Lénk », qu'il a rejoint en 2018.

Lëtzebuerger Journal : Côté allemand, Sahra Wagenknecht, la politicienne de gauche sans doute la plus connue, accuse dans son livre son propre parti de trop s'inquiéter des symboles d'écriture inclusive, des LGBTQIA+ ou de la cancel culture, et de ne pas remarquer les vrais problèmes auxquels les employés ordinaires sont confrontés dans leur vie quotidienne. En tant que représentant de la gauche luxembourgeoise, qu'avez-vous à dire sur cette évaluation, qui a fait grand bruit, et pas seulement en Allemagne ?

Tania Mousel : Je suis à la fois d'accord et en désaccord avec Mme Wagenknecht. Je n'ai pas encore lu le livre, mais il semble qu'en utilisant un langage quelque peu péjoratif, elle prétend que les exemples mentionnés ne sont pas importants aux yeux de l'auteure. Bien sûr, je ne peux pas du tout être d'accord avec Sahra Wagenknecht sur ce point, d'autant plus qu'elle est relativement aisée et vit dans une relation cisnormative et que, pour cette raison, elle ne peut pas s'identifier aux préoccupations de nombreuses personnes.

Cependant, je suis d'accord lorsqu'elle souligne que les partis du centre ne veulent pas du tout un changement structurel. Hisser un drapeau arc-en-ciel une fois par an ne contribue pas à résoudre le problème et ne sert qu'à détourner l'attention du système défaillant.

Kevin Sousa : En plus, il y a aussi des personnes queer parmi les ouvriers. Avec ses déclarations, Sahra Wagenknecht a tout simplement ignoré une grande partie des travailleurs qu'elle est censée représenter.

Il y a deux ans, « déi jonk Lénk » s'est rebaptisé « ELO ! Ekologesch Lénk Jugend-Organisation » il y a deux ans, alors qu'en mai 2021, selon votre page Facebook, vous avez changé de nom pour redevenir « déi jonk Lénk ». Pourquoi ?

TM : Le problème était qu'il y existait un autre mouvement « déi jonk Lénk », mais il avait pris ses distances avec le parti « déi Lénk » et a entre-temps changé son nom en « Laïka », alors que nous, « déi Lénk Jeunes », avons changé notre nom en « ELO ! Ekologesch Lénk Jugend-Organisation » afin de ne pas être confondu avec l'autre organisation. Mais comme ELO ! n'était pas nécessairement associé au parti « déi Lénk » et que l'autre groupe s'appelle désormais « Laïka », nous avons à nouveau changé de nom.

Ça a l'air compliqué…

TM : (rit) Oui.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

Passer à l'offensive

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Alexandra Kerckhof ou la puériculture version pop