Parce qu'il faut tous les nettoyer!

Par Laura TomassiniLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Depuis un an, il fait partie de l’équipe de nettoyage du parc de véhicules de la ville de Luxembourg. Nettoyer les bus, c'est la spécialité de Jérôme Eickelpasch. Une profession inhabituelle quand on apprend que l'homme de 34 ans est en fait un cuisinier et boulanger qualifié.

« J’ai été employé dans une boulangerie pendant sept ans et j’y étais vraiment heureux. Cependant, après mon congé parental, j’ai voulu passer de l’équipe de nuit à l’équipe de jour afin de pouvoir passer plus de temps avec ma famille. Mais comme cela n’était pas possible, j’ai changé de travail », révèle Jérôme Eickelpasch lors de l’interview. Aujourd’hui, l’homme de 34 ans nettoie et fait le plein des bus à Hollerich, pour que les écoliers, les professionnels et autres puissent se rendre du point A au point B dans les moyens de transport propres de la ville. Jérôme aime travailler au sein du parc de véhicules, mais surtout cela lui permet de faire exactement ce qui lui importe en dehors des huit « heures obligatoires ».

En tant que père passionné, ses enfants sont toujours au premier plan, car il sait lui-même combien une enfance positive peut avoir de répercussions sur la vie ultérieure. « Quand j’ai choisi ma carrière, l’influence de ma grand-mère a été décisive. Je cuisinais avec elle quand j’étais petit, et cela m’a donné une direction », se souvient Jérôme. Il n’a jamais été un ami de la technologie et, adolescent, il ne s’intéressait pas non plus beaucoup au bois et au métal. « En 7ème et 8ème nous avions des ateliers différents, j’étais toujours le meilleur en cuisine, et le pire en artisanat », dit-il en riant.

Le Luxembourgeois d’origine allemande a découvert son amour pour les mets dès l’école primaire, quand en 6e année, l’Hôtel Bel-Air d’Echternach a rendu visite à la classe : « Nous avons eu le droit de goûter la nourriture et de savoir si elle avait un goût plus sucré ou plus acide. À l’époque, je me suis dit : 'Ca, c’est quelque chose pour moi !' » Cependant, le travail de chef cuisinier ne semblait pas compatible avec sa vie privée en termes d’horaires. Jérôme a donc fait un apprentissage de boulanger à Bonnevoie et s’est consacré aux pâtes.

Précision et esprit d’équipe

Le jeune homme peut également mettre à profit son expérience de boulanger dans son nouveau travail, car aussi bien en tant que maître de croissants qu’en tant que nettoyeur de bus, la propreté est essentielle. « Je n’ai aucun problème à nettoyer, je devais déjà le faire dans le passé. Ce que je préfère, c’est m’occuper des fenêtres, j’adore les nettoyer ». Le nettoyage se fait à Hollerich 365 jours par an, car le parc de bus est en service continu tous les jours. Même pendant la fermeture de la base en mars, les bus entraient et sortaient d’ici, comme nous l’explique le chef d’équipe André Zupanoski: « Notre travail principal consiste à nettoyer et à faire le plein, et nous avons également un lavage de véhicules à l’intérieur du parc. Actuellement, environ 100 bus partent de la Ville de Luxembourg (VdL), ce qui représente environ 75 % du trafic habituel. En confinement, on en était qu’à 25 %, mais ils doivent tous être nettoyés ».

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo jusqu'à 25 ans

    90,00 €
    /an

Parce qu'il faut tous les nettoyer!

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.
En quelle langue souhaitez-vous recevoir la newsletter ? *

En vous inscrivant à la newsletter du Lëtzebuerger Journal, vous autorisez le traitement de vos données personnelles : votre email et votre préférence de langue pour recevoir régulièrement une sélection des derniers articles publiés. Plus d’information dans nos mentions légales.

Suivant

(On)bekannt - Berlinski