Orlando Pinto, de la pioche à la barre

Par Camille FratiMisch Pautsch

CEO et fondateur de l’entreprise de construction Sopinor, Orlando Pinto incarne un modèle de réussite professionnelle et culturelle à la fois. Rencontre avec un patron passionné par sa société autant que par son rôle de passeur entre la communauté portugaise et le Luxembourg.

Les yeux rivés sur son téléphone, Orlando Pinto sort de son bureau. D’un naturel pourtant cordial, il n’est visiblement pas à son aise en interview. Serait-ce parce que cet homme d’action et d’ambition n’est pas du genre à s’attarder sur son parcours et encore moins à s’attarder sur les difficultés qu’il a pu rencontrer ? À l’écouter, la vie l’a conduit sans heurt de son premier coup de pioche sur un chantier à la fondation de sa propre entreprise il y a vingt ans. « Quand j’ai créé l’entreprise, ce n’était pas difficile parce que je connaissais le métier de A à Z et les clients m’ont suivi », résume-t-il.

La réalité s’avère moins simple et linéaire. Chassé par la crise de l’emploi au Portugal, Orlando Pinto est arrivé avec sa famille au Luxembourg en 1982. À 22 ans, il rejoint comme beaucoup de ses compatriotes le secteur de la construction et commence en bas de l’échelle sur un chantier, « avec une pelle et une pioche » précise-t-il, et a grimpé les échelons petit à petit, suivant les cours du soir pour obtenir le certificat d’aptitude de maçon.

Mais à la fin des années 1980 ses ambitions sont foudroyées. « Après le décès de mon père, je suis reparti au Portugal pour gérer son entreprise, malheureusement les incendies qui avaient complétement détruit le cœur de métier de cette entreprise – la résine des arbres – ont été un coup dur », raconte-t-il. « Vous vous sentez alors impuissant, ce sont des aspects que vous ne pouvez pas contrôler, et qui m'ont beaucoup démoralisé. »

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

Orlando Pinto, de la pioche à la barre

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Parlons de l'Azerbaïdjan