Malheureuses malgré le bonheur de la maternité

Par Melody HansenLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

En Allemagne, 10 à 15% des femmes développent une dépression postnatale après l'accouchement. Au Luxembourg, les statistiques font défaut. Pas de chiffres, pas de problèmes ? Les expériences des mères concernées, d'une psychologue, d'une sage-femme et d'une doula montrent le contraire. Il est grand temps de briser le tabou.

Après avoir donné naissance à son fils, Bianka a demandé à son médecin de lui retirer l'utérus. « Je ne voulais plus jamais revivre cela », dit cette mère de 36 ans. Elle est assise sur le canapé blanc de son salon, ses deux chiens à côté d'elle. Son fils a maintenant deux ans et demi et dort à l'étage dans sa chambre. Elle baisse les yeux sur son ventre, qui est à nouveau rond comme une boule. Septième mois. « Heureusement, le médecin a refusé d'honorer ma demande. » Elle aurait été encore trop jeune pour ce que l’on appelle une hystérectomie.

La raison de la détermination de Bianka à cette époque était son état mental. Elle souffrait d'une dépression postnatale. Un phénomène bien plus courant que ce que l'on pourrait croire – les personnes interrogées s'accordent sur ce point. Parce que les nouvelles mères n'osent souvent pas exprimer leurs sentiments. « Votre enfant est en bonne santé, soyez heureuse. », « Que voulez-vous de plus ? », « Un petit « baby blues » est normal. » – La culpabilité, la tristesse et les sentiments négatifs après une naissance n'ont en général pas leur place dans notre société.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Malheureuses malgré le bonheur d'enfants

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Des nerfs d'acier