Les Talibans frappaient à sa porte chaque nuit

Par Melody HansenLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Les talibans ont annoncé que toutes les femmes et les filles afghanes non mariées devaient épouser des membres des talibans. Si elle n'avait pas quitté son pays il y a six ans, Marjan Abassi, aujourd'hui âgée de 20 ans, aurait pu en faire partie. Une conversation pleine d'émotion sur la situation actuelle dans son pays d'origine.

Marjan Abassi se présente pour l'interview au quartier de la gare, comme auréolée d’une grande ouverture d’esprit. La jeune femme, de petite taille, porte une tenue professionnelle. Ses cheveux tressés, presque noirs, sont recouverts d'un foulard à peine serré. Ses yeux sont sombres et profonds, avec une légère ombre en dessous. Dans un français courant, elle s'excuse pour les cinq minutes de retard. Le bus a mis un peu plus de temps que prévu. Lorsque notre photographe lui demande de prendre diverses poses un peu plus tard, elle n’a pas l’air mal à l'aise. « Aucun problème, vous pouvez tout noter, photographier et écrire », avait-elle dit lors de l'entretien préliminaire.

Marjan Abassi a quitté son pays d'origine, l'Afghanistan, en 2015 avec son père et son frère aîné. À l'époque, son père travaillait comme médecin pour l’hôpital militaire. « Les talibans ne voulaient pas de ça. Ils voulaient qu'il travaille pour eux à la place, car ils avaient besoin de médecins à l'époque », raconte la jeune femme de 20 ans. Pour son père, il n’en était cependant pas question. « Ils n'arrêtaient pas de lancer des avertissements et des menaces contre mon père. »

L'ultimatum

La famille de six personnes vivait à l'époque dans une province d'Afghanistan, une zone plutôt rurale. Le père et le frère travaillent dans la capitale Kaboul et ne rentrent à la maison que le vendredi pour passer du temps avec la famille. « Les talibans frappaient à notre porte tous les vendredis pour demander mon père et le menacer à nouveau. » Parfois, son père se cachait alors. Et à chaque fois, la famille a craint pour sa vie. « La dernière fois qu'ils sont venus, avant que nous nous échappions, ils ont donné un ultimatum à mon père : soit il coopérait avec eux, soit ils lui feraient quelque chose. » La mère de Marjan appelle immédiatement son mari, qui se trouve dans la capitale à ce moment-là, pour lui dire de ne pas rentrer à la maison. Sinon, il arriverait quelque chose de mauvais.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Les Talibans frappaient à sa porte chaque nuit

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Votre inscription a la newsletter à bien été effectuée

Suivant

J'ai deux mots à vous rire - 22, année erratique