Le vrai travail vient après la thérapie

Par Christian BlockLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Se faire soigner pour une dépendance demande beaucoup d'efforts. Mais le véritable travail ne commence qu'après. Or, le suivi n'est pas toujours assuré concernant les thérapies menées à l'étranger. Un développement de l'offre d'accompagnement ambulatoire pourrait changer les choses.

Lorsque Marc (nom modifié par la rédaction) revient d'un séjour de dix semaines dans une clinique privée en Allemagne, il est mis à l'épreuve. Le séjour thérapeutique l'a certes « vraiment aidé ». Mais il est maintenant livré à lui-même et de retour dans son environnement familier. Les premières semaines ont été difficiles, se souvient-il. Il ressent une agitation intérieure.

Par le biais d'une recherche personnelle, Marc parvient à contacter un groupe d'entraide pour les troubles anxieux et les attaques de panique. Mais ce n'est pas une expérience positive pour le jeune homme. « Quand on en sort, on se sent encore plus mal », décrit-il. Même une thérapie par la parole ne l'aide pas. Par deux fois, Marc a été sur le point de retomber dans ses anciens schémas. Deux fois, ce sont les circonstances – qu'il appelle une « instance supérieure » – qui le sauvent de la rechute. Car Marc souffre de dépendance sexuelle.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Opgepikt - Retten nach Punkten