Le côté sombre d'une profession

Par Sarah RaparoliLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

«NotOneMoreVet» (NOMV) veut attirer l'attention sur le côté sombre de la profession de vétérinaire. Dans une interview accordée au Lëtzebuerger Journal, une vétérinaire exerçant au Luxembourg et une étudiante luxembourgeoise à Vienne parlent de leurs expériences. Les deux femmes ont une chose en commun : elles veulent sensibiliser les gens.

Le bien-être du monde animal est pour eux·elles une priorité absolue et ils·elles sont souvent les auxiliaires en cas d’extrême urgence : les vétérinaires. Les compagnons tout doux leur sont confiés avec plaisir. Entre-temps, il existe une organisation qui veut attirer l'attention sur le risque accru de suicide dans cette profession. Jamais entendu parler de cela ? Jusqu'à présent, ce sujet n'a pas ou peu attiré l'attention de la société, du moins au Luxembourg. Néanmoins, c'est une triste réalité, déclare la Dr Caroline Mousel.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

Le côté sombre d'une profession

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.
En quelle langue souhaitez-vous recevoir la newsletter ? *

En vous inscrivant à la newsletter du Lëtzebuerger Journal, vous autorisez le traitement de vos données personnelles : votre email et votre préférence de langue pour recevoir régulièrement une sélection des derniers articles publiés. Plus d’information dans nos mentions légales.

Suivant

Les inhibitions de la recharge électrique