La musique n'est pas gratuite

Par Pascal SteinwachsLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

La musique est omniprésente, à tel point que de nombreuses personnes pensent qu'elle est gratuite. Mais ce n’est pas le cas. Ou plutôt, elle ne devrait pas l'être. La Sacem est là pour que ceux·celles qui ont imaginé la musique et les textes correspondants soient payé·e·s.

Quel est le point commun entre un concert d'Einstürzende Neubauten, un bal avec Käpt'n Ändä, une fête des plus de 40 ans, une soirée en club ainsi que la musique d'arrière-fond au supermarché, dans l'ascenseur, en attente téléphonique, dans la salle d'attente ou chez le coiffeur ? D'une manière ou d'une autre, tout est musique, et comme la musique et – s'il y a des textes – les textes correspondants ne sont pas créés à l'improviste, mais sont généralement écrits avec beaucoup de cœur, ces personnes doivent bien sûr être rémunérées pour leur travail créatif.

C'est la Sacem Luxembourg qui veille à ce que cela ait bien lieu. En tant que société de gestion collective, elle a pour mission de protéger les droits d'auteur·rice des musicien·ne·s. Quiconque souhaite organiser un concert ou un autre événement au cours duquel de la musique est jouée en public doit demander une autorisation à la Sacem et s'acquitter des droits correspondants. Il en va de même pour les gérant·e·s d'un magasin ou d'un café dans lequel de la musique est diffusée – sous quelque forme que ce soit : radio, télévision, lecteur de CD, ordinateur, Internet… – qui doivent également payer des droits d'auteur·rice.

La Sacem Luxembourg fête son 20e anniversaire

Le droit de propriété est protégé dans notre pays par la loi du 18 avril 2001 sur les droits d'auteur, les droits voisins et les bases de données. La Sacem Luxembourg (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique) a été créée en tant que société indépendante en novembre 2002, mais elle n'a commencé ses activités qu'en janvier 2003. Avant la création de la société luxembourgeoise, la Sacem française représentait les droits des auteur·rice·s et compositeur·rice·s luxembourgeoi·se·s.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

La ruée vers la fraîcheur