La culture du silence au sein du LCD

Par Misch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Écouter cet article

Les allégations de harcèlement à l'encontre d'un corps enseignant du Lycée de Diekirch (LCD) datent déjà de plus d'un an, selon une élève. Cependant, ces allégations sont un «secret de polichinelle» depuis au moins huit ans. Les conséquences concrètes semblaient absentes jusqu'à ce que les étudiant·e·s s'expriment sur les réseaux sociaux.

La nouvelle selon laquelle un corps enseignant du LCD aurait été frappé d’une dispension de service pour un comportement inapproprié répété au début de la semaine dernière ne devrait pas surprendre beaucoup d'anciens et d'actuels élèves de l'école secondaire. Les élèves qui ont quitté le lycée il y a plus de huit ans connaissent déjà les messages douteux de fin de soirée. Les recommandations exprimées à mots couverts, à quel cours les filles devraient mieux porter des pulls épais à col roulé, datent au moins d’aussi longtemps et faisaient à cette époque déjà partie des connaissances générales des jeunes femmes du Lycée. Le principal actuel, Marcel Kramer, disposait de preuves solides du harcèlement présumé depuis au moins février 2020, soit plus d'un an, selon une étudiante impliquée : Des captures d'écran des messages que le professeur lui avait envoyés, ainsi qu’à d'autres élèves. La réprimande proprement dite serait toutefois intervenue après que des captures d'écran des conversations aient fait le tour des réseaux sociaux. Alors pourquoi a-t-il fallu attendre plus d'un an pour que des mesures concrètes soient prises, alors que le harcèlement présumé semblait se poursuivre ?

« J'ai senti qu'il ne prenait pas vraiment l'affaire au sérieux. »

Sofia*, élève anonyme

L'explication du ministère de l'éducation concernant le délai dans lequel les cas de harcèlement doivent être signalés par la direction est concise : « Dès que quelqu'un a connaissance du rapport. » Les élèves peuvent s'adresser à l'enseignant de la classe, au directeur ou au SEPAS. « Si la direction de l'école a connaissance d'allégations, celles-ci doivent être transmises au parquet ou au ministère. Le ministère peut alors s'adresser au Commissaire de gouvernement aux affaires disciplinaires, ou au ministère public s'il y a des aspects pénaux. » Le commissaire de l'école pourrait également le faire. Les conséquences d'un manquement à cette obligation, écrit le MENJE, « dépendent de la gravité des faits. »

« Je suis d'abord allé voir le principal en février 2020 et je lui ai parlé des messages », raconte Sofia*, une lycéenne. « Je lui ai aussi dit que d'autres élèves avaient également eu de telles expériences avec ce corps enseignant. Il a alors dit qu'elles devraient aller le voir elles-mêmes. Mais beaucoup n'ont pas osé le faire, alors je lui ai expliqué que j'avais des preuves écrites des cas sur mon téléphone et que je pouvais les lui montrer. Il a répondu : “Je n'ai pas le temps pour ça maintenant”. J'ai senti qu'il ne prenait pas vraiment l'affaire au sérieux. »

Le contenu des captures d'écran, dit Sofia*, n'aurait pas été jugé suffisamment grave par le directeur pour qu'il engage une action en justice. « Hors contexte, certains messages n’ont rien de repréhensible, mais cela dure depuis des années », explique-t-elle. « Il a envoyé des e-mails à des élèves pendant la nuit pour leur dire qu'il avait “besoin d'elles” et qu'elles devaient le contacter. A l'une d'elles, il a écrit qu'il l'avait vue dans les couloirs de l'école et qu'il était heureux que leurs chemins se soient croisés. Il a écrit à une autre, qui venait de terminer ses études, qu'il espérait la revoir. “L'internet est si froid, mais il se verrait comme homme de chaleur humaine.”… » Après cette conversation, il y a maintenant un an, le corps enseignant en question aurait apparemment reçu une lettre d’avertissement. L'année dernière, se souvient l’étudiante, elle aurait parlé de la situation à une enseignante, qui a alors demandé au principal Kramer ce qui s'était passé concrètement depuis : « Elle a rapporté qu'il lui aurait dit de ne plus en parler parce que l'affaire était “réglée”. » Sofia* aurait reçu un soutien général de la part des enseignants, mais en fin de compte, rien ne s’est passé, si ce n'est qu'elle a été renvoyée au bureau du principal. Cela semblait toujours échouer en dernière instance. Le harcèlement a continué.

C'est pour cette raison, dit Sofia*, qu'elle aurait ensuite partagé les captures d'écran sur Internet, avec de nombreuses autres élèves du lycée : « Pour que quelque chose se passe enfin. Et pour encourager les autres étudiantes à faire part de leurs expériences. Jusqu'à présent, les problèmes ont été ignorés. » Les réactions du personnel enseignant à ces « révélations » ont été mitigées : Certain·es enseignant·es ont été surpris·es. D'autres moins, car il aurait été « connu pour ce genre de choses ». « Certains l'ont défendu parce qu'il aurait des “problèmes privés”. Une professeure m'a même dit de ne pas en parler. »

« Je suis d’avis que les étudiantes ont le droit de se sentir en sécurité à l'école. »

Sofia*, élève anonyme

Le déséquilibre de pouvoir entre la direction, le personnel enseignant et les élèves est énorme. Une seule note, qui peut dépendre de l'amabilité du personnel enseignant à votre égard, peut décider d'une année scolaire – et donc d'une année de votre vie. Des procédures de protection contre les abus de ce pouvoir existent en théorie. Mais la confiance en elles, si jamais elle a existé un jour, est doublement brisée dans de tels cas. Pourquoi faire confiance aux autorités encore une fois alors qu'elles ont déjà échoué une fois sous la forme du corps enseignant et une fois sous la forme de la personne de contact ?

Vœu de silence

Jusqu'à présent, il y a eu beaucoup de silence autour de cette affaire : trois anciennes élèves du lycée rapportent que l’enseignant leur avait déjà envoyé des messages privés il y a huit ans. À l'époque, juste après leur départ de la Première : « Au début, j'avais l'impression qu'il voulait simplement rester en contact, même si je ne l'avais jamais eu moi-même en tant que professeur. Jusqu'à ce qu'il commence à me texter bourré la nuit. Ce n'était pas explicitement sexuel, mais il m'a fait beaucoup de compliments », raconte Laura*. « Deux jours plus tard, il s'est excusé de son comportement après que je lui ai dit que je trouvais ses messages bizarres. Après cela, je l'ai supprimé de ma liste de contacts. » Cependant, il y a un an et demi, il la recontacte et lui envoie une demande d'ajout à sa liste d'amis Facebook, « à partir d'un profil qui était rempli de nus dessinés par lui-même. J'ai refusé cette demande, mais je n'ai pris aucune autre mesure. » Les photos de nu ont également été documentées par une Michelle*. Elle a expliqué qu'elle avait sauvegardé les photos sur son téléphone portable parce qu'une de ses connaissances avait également été harcelée et aussi engagé une action en justice. Emily*, une autre personne rapporte que le corps enseignant l'a invitée entre des messages « problématiques » au restaurant juste après la remise des diplômes – il y a huit ans. Zoé*, une quatrième signale d'autres messages inappropriés. Ces dernières, bien que très mal à l'aise avec les messages, n'avaient pas engagé de poursuites.

« Le principal a découvert le numéro de téléphone de mon petit ami et l'a appelé »

Cilia*, ancienne élève du LCD

Aujourd'hui encore, la loi du silence a un pouvoir sur les femmes : Toutes veulent rester anonymes. Certaines parce qu'elles travaillent elles-mêmes dans l'enseignement et ne veulent pas risquer que les déclarations affectent leur carrière. L'une d'entre elles se pose la question d'une action en justice, mais elle ne l’entreprendra pas tant qu'elle n'aura pas une sécurité professionnelle totale. « Parce que sinon, ils pourraient rendre ma vie difficile. » Une autre a insisté sur l'anonymat car elle a des frères et sœurs à l'école et s'inquiète pour eux. L'abus de confiance s'étend bien au-delà de l'école.

Appels et plaintes

« Il est grand temps de protéger les victimes plutôt que les auteurs », déclare Cilia*, autre ancienne élève du lycée qui a récemment quitté le LCD. À ses yeux, l'enjeu ne se limite pas à ce seul corps enseignant : lorsque le code vestimentaire du lycée a été fortement critiqué l'année dernière, elle a participé à la discussion en ligne : « J'ai accusé un [autre] professeur de comportement pédophile et je me suis plaint que M. Kramer couvrait ce comportement par le code vestimentaire. En conséquence, le principal a découvert d’une manière ou d’une autre le numéro de téléphone de mon petit ami, qui fréquentait une autre école, et l'a appelé. Après s’être bien fâché avec mon ami, il a demandé à me parler. » Lorsqu'il a refusé, le principal lui aurait écrit sur Facebook. « Là, il m'a écrit qu'il était déçu qu'une telle chose vienne d'une ancienne élève. De telles accusations pourraient “détruire des existences” et que je devrais immédiatement retirer le nom de l'enseignant de ma publication. Sinon, il serait obligé d'intenter un procès », dit Cilia*. Elle l'a donc retirée.

La plainte est quand même venue : « Pour diffamation. J'ai donc déposé une demande reconventionnelle et invité quelques camarades de classe en tant que témoins. Ils ne voulaient néanmoins témoigner que par e-mail, car la situation était très désagréable. » Cilia* a donc montré aux policiers des messages vocaux et des captures d'écran qui montraient clairement que les élèves étaient mal à l'aise depuis longtemps. Après cette conversation, l'affaire a semblé se tasser. « Quoi qu'il en soit, je n'ai rien entendu de plus de la part de la police. Le principal m'a gardé à l'œil depuis. Chaque fois que je dis quelque chose sur les réseaux sociaux, il fait tout ce qu'il peut pour me faire taire. » Cilia* ne s’explique pas comment quelqu'un peut s'en sortir avec ces méthodes pendant si longtemps. « Il y a davantage de ce type d'enseignants. Nous avions l'habitude de nous avertir mutuellement de porter des vêtements qui couvraient tout, car sinon il ne vous quitterait pas des yeux… L’écrire publiquement était probablement un peu hâtif, mais j'étais terriblement en colère. Aussi parce qu'ils essayaient de nous blâmer avec ce code vestimentaire. »

Refus des campagnes d'information

Lily*, une autre ancienne élève, qui préfère également garder l'anonymat – les précédentes menaces d'action en justice auraient été « plus que suffisantes » selon elle – a contacté le directeur après avoir appris qu'après la publication des captures d'écran, la situation avait enfin évolué. Il était important pour elle que l'air soit enfin libre. C'est pourquoi Lily* a suggéré au principal de recueillir elle-même les preuves auprès des élèves harcelées et de les lui remettre. « Il a dit que ça ne servait pas à grand-chose. Les élèves devraient se manifester elles-mêmes. » Mais c'est là que réside le problème : il faut beaucoup de courage pour s'adresser à une figure d'autorité masculine pour ce genre de problème. « J'ai donc écrit que c'est exactement la raison pour laquelle ce genre de choses est diffusé sur les médias sociaux, et pourquoi certains enseignants ont pu poursuivre leur harcèlement pendant si longtemps : Parce qu'il n'y a pas assez de structures où aller, et celles qui existent ne sont pas assez connues. » Elle a donc suggéré au principal Kramer de désigner des personnes de contact pour de tels cas, ou même simplement de créer une adresse e-mail universellement connue où les élèves peuvent faire des signalements. Des affiches informatives, a-t-elle écrit, pourraient aider à faire connaître les structures existantes. Parler de la question en classe pourrait également faire du bien. « En réponse, il a dit qu'il y avait suffisamment de structures où se rendre. Il a également fait référence à un commentaire en ligne sur l'affaire d'une autre personne que je ne connais pas, comme exemple de “cancel culture” et calomnie. Il a déclaré que c'était ce genre de déclarations qui détruisaient des existences. Il a dit qu'il avait honte que l'on ne m'ait pas enseigné de meilleures manières pendant mon cursus au LCD. Et que je serais également heureuse que le [un autre] cas de déclaration publique sur le comportement n'ait pas donné lieu à un procès, mais ait été traité en interne », dit Cilia*.

Aucune des personnes interrogées n'a connaissance de ces affiches d'information. L'Ombudsman pour les enfants et les jeunes, Charel Schmit, préconise depuis longtemps la nomination d'un·e responsable de la protection de l'enfance dans les écoles, auquel les élèves peuvent s'adresser en cas de problème – exactement ce que l'élève a suggéré. « Ce point de contact doit être très clairement séparé de la puissante hiérarchie interne de l'école. Chaque enfant doit connaître son nom et son visage. Nous exigeons qu'il y ait des procédures dans toutes les écoles qui soient aussi connues que le plan d'incendie. » Le premier réflexe des représentants de l'autorité doit toujours être de protéger le bien-être des enfants, affirme le médiateur : « Tout le reste est secondaire. À ce moment-là, il n'est pas nécessaire de se préoccuper de savoir si l'affaire peut donner une mauvaise image de l'école. » Les cas d'abus, explique-t-il, ne pourraient jamais être complètement évités, même si on le souhaite. Mais les conséquences doivent être aussi limitées que possible. « Nous recommandons aux directeurs d'école de prendre ce genre de choses très, très au sérieux, et nous supposons que la plupart du temps, ils le font »

Par exemple, si un enseignant crie sur un enfant, il existe des moyens de gérer la situation en interne. « En cas de comportement répété, comme cela semble être le cas ici, des mesures concrètes doivent bien sûr être prises. Non pas pour détruire les gens, mais pour établir des limites claires et faire comprendre à toutes les personnes concernées ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas. Surtout lorsque la dignité des enfants est remise en cause par une figure d'autorité. » C'est la tâche permanente de toutes les écoles de sensibiliser et de protéger les enfants. Néanmoins, les droits personnels des personnes concernées ne doivent pas être violés, dit Schmit – la dénonciation publique ne devrait pas être le moyen de résoudre de tels problèmes.

« Je défends depuis longtemps la nécessité pour les écoles d'employer un responsable de la protection de l'enfance. Ce point de contact doit être très clairement distinct de la puissante hiérarchie au sein des écoles. »

Charel Schmit, Ombudsman pour les enfants et jeunes

« Les personnes ayant le statut de fonctionnaire sont tenues par la loi de signaler des activités illégales. La question de savoir si les affaires sont finalement poursuivables ou non n'est pas pertinente. L'organe qui doit en décider est le pouvoir judiciaire lui-même, personne d'autre », déclare Tom Krieps, qui enseigne le droit de la protection de l'enfance et de la jeunesse en tant qu'avocat à l'Institut de formation de l'éducatoin nationale. « Si des personnes souffrent de dommages permanents parce que cela n'a pas été fait, alors il y a aussi la question de l'absence d'aide de personne en danger qui se pose. » Si une personne est en possession de faits, elle a l'obligation légale de les signaler. Si un corps enseignant envoie à plusieurs reprises des textos à un élève en dehors de la classe, explique l'avocat, il s'agit d'un harcèlement qui doit être traité comme tel. « Si ces messages ont une connotation sexuelle, nous parlons d'infractions pénales. Si les agents n'agissent pas dans de tels cas, cela peut entraîner de graves conséquences. S'il s'agit d'une figure d'autorité, elle est regardée encore plus sévèrement. » Le point culminant, selon lui, serait la nature répétitive des cas : « À un moment donné, il faut se dire qu’il y a quelque chose de louche ici. Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais un groupe oui. » Pour d’éventuelles poursuites, explique-t-il, c'est toujours le tribunal qui aurait été responsable au moment du crime potentiel qui est responsable. Ainsi, si une personne a été agressée alors qu'elle était mineure, mais qu'elle est devenue majeure depuis, il s'agit d'une affaire pour le tribunal de jeunesse. L'avantage du tribunal de jeunesse, explique-t-il, est que les affaires y sont généralement traitées de manière très discrète, loin des regards et des réseaux sociaux. « Il y a aussi la question de savoir comment la personne a obtenu le numéro de téléphone du petit ami de l'étudiante. »

Automne dernier, le LCD a fait des vagues avec un code vestimentaire qui a été largement critiqué comme étant sexiste et a conduit à une pétition en ligne par une ancienne étudiante. Le code ne devrait pas être mis en œuvre dans sa forme d’origine, mais devrait être formulé de manière non sexiste, selon la pétition. La réfutation du principal Kramer a pu être entendue dans l'interview d'Eldorado : « Les filles en particulier peuvent avoir besoin de directives parce qu'elles ne sont pas toujours conscientes de la façon dont leur apparence est perçue par les autres. » Dans ce cadre, le directeur du LCD avait aussi porté plainte contre un élève qui avait publié une carricature de sa personne. La pleinte a été retirée rapidement. Mais l'accusation de « victim-blaming » par la sur-sexualisation du corps féminin, déjà soulevée à l'époque, prend rapidement des formes très concrètes à partir de ces nouveaux développements. Et cela soulève la question : Par qui les « filles en particulier » sont-elles réellement « perçues » ? Et comment ? Après tous ces cas présumés au cours de toutes ces années, il n'y a que deux conclusions possibles : Soit la direction ne savait pas ce qui se passait dans son école. Ou alors, elle le savait.

Interrogée pour donner un commentaire, la direction du LCD a renvoyé au bureau de presse de la MENJE.

*Tous les noms des élèves et anciennes élèves ont été changés.