« J'ai besoin de la scène »

Par Pascal SteinwachsMike Zenari Changer en allemand pour l'article original

Un chanteur, acteur et danseur qui détient à la fois la nationalité luxembourgeoise et française, qui a toujours voulu aller à Paris, mais qui vit maintenant à Berlin et à Mondorf, et dont la grand-mère est apparue dans un film avec Audrey Hepburn en tant que nonne. Cela semble intéressant ...

Lorsque nous rencontrons Loïc Schlentz à la Schungfabrik de Tétange, il est en train de répéter son rôle de mineur dans la comédie musicale Den neie Mineur (Le nouveau mineur). Lors de notre visite, le mineur ne porte toutefois pas de pantalon de mineur ni de casque, mais un short et un T-shirt. De la même façon, le visage du mineur n'était pas non plus couvert de suie, mais trempé de sueur à cause de la chaleur. C'était en effet l'une de ces journées ultra chaudes qui étaient la règle en cet été interminable.

Discipline et persévérance

Ce jour-là, nous avons pu constater par nous-mêmes à quel point les répétitions sont difficiles et peu glamour. Dire dix fois ou plus le même texte ou chanter la même partie peut être très ennuyeux, surtout pour ceux qui sont assis quelque part au fond de la salle et qui observent de loin ce qui se passe sur la scène. Ce qui, dans le meilleur des cas, paraît facile et décontracté lors de la représentation, exige, en plus du talent, une certaine discipline et de la persévérance, comme on peut se l'imaginer.

L'entretien qui s'en est suivi n'a heureusement pas eu lieu dans la Schungfabrik surchauffée, mais sur un banc de pique-nique tout proche (à Kayl). La terrasse du pavillon, vers laquelle ce jeune homme de 29 ans, de très bonne humeur et extrêmement accessible, voulait en fait nous emmener, était malheureusement exceptionnellement fermée en cette fin d'après-midi. Pour le plus grand plaisir des promeneur∙euse∙s et des cyclistes qui passaient par là et qui se sont d'abord arrêtés, effrayés, lorsque M. Schlentz a chanté plusieurs fois à pleins poumons pour nous faire comprendre ce dont il venait de parler, mais qui ont ensuite pris connaissance de son identité avec enthousiasme.

Accède à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    174,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    16,00 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

As-tu déjà un compte ?

Connecte-toi
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

À Covid long, longue rémission