Esch2022, un budget contre vents et marées

Par Camille FratiMisch Pautsch

L'automne a vu éclore les premiers projets officiellement estampillés Esch2022. Et pourtant le budget de la capitale européenne de la culture n’est pas encore totalement ficelé. Jusqu’au bout les sponsors se seront fait attendre – mais les organisateurs restent confiants.

C’est déjà la troisième fois que le Grand-Duché a le privilège d’abriter une capitale européenne de la culture. Un fait unique dans l’histoire de ce programme particulier imaginé par la ministre grecque Melina Mercouri en 1983 avec l’idée que la Communauté européenne de l’époque ne pouvait pas être seulement économique.

Le succès phénoménal de la première édition en 1995 a mis le Luxembourg sur la carte culturelle de l’Europe et réveillé l’appétit de ses résidents pour une actualité culturelle désormais toujours plus riche. Une édition presque initiatique qui a motivé une deuxième participation en 2007, officiellement portée par Luxembourg et la Grande Région, ayant pour but avoué de changer l’image du pays. « Le Luxembourg, c’est autre chose que 120 banques », soulignait ainsi le Premier ministre Jean-Claude Juncker lors de son lancement en 2006.

Focalisée sur le mélange des cultures, Luxembourg2007 passe pour un semi-échec alors qu’elle a engrangé trois fois plus de visiteurs que Luxembourg1995. Quant à Esch2022, centré autour du concept de « Remix » culturel et de l’héritage singulier du Sud du pays, il n’est pas exagéré de dire que l’événement a connu des débuts chaotiques et des faux départs sur fond de dissensions essentiellement politiques – mais nul encore ne sait ce que l’on en retiendra a posteriori.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Esch2022, un budget contre vents et marées

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Pas l'élève le plus sage