«On doit rester flexible»

Par Christian BlockLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Irene Schneider gère sa boutique de journaux à Schifflange depuis 30 ans. Cette année, sa fille Jennifer reprendra l'entreprise. Aucune d'entre elles ne s'inquiète des perspectives d'avenir de la «Maison Schneider». Elles s'appuient sur la tradition, le service à la clientèle et la flexibilité.

Il semble être suspendu de façon un peu défiante dans le coin supérieur droit de la façade d'entrée. Le petit panneau à l'inscription « Maison Schneider » ne peut être aperçu qu'au second coup d'œil au milieu de toutes les publicités. Pourtant, le nom du magasin de journaux indépendant a marqué la vie de la commune de Schifflange pendant trois décennies.

Depuis le début des années 1990, les client·e·s entrent et sortent de « bei Schneidesch ». En ce lundi après-midi, il se passe beaucoup de choses dans le magasin. Mais les enfants qui achètent des bonbons après l'école ne viennent pas aujourd'hui. Ils sont à la maison pratiquant l'enseignement à distance à cause du Covid-19.

Irene Schneider nous conduit à l'arrière du magasin, où c’est un peu plus calme. Elle admet qu'elle est un peu nerveuse. La propriétaire du magasin a accepté l'entretien un peu moins d'une semaine auparavant, après une brève réflexion. Sans doute aussi parce que la célébration prévue pour le 30e anniversaire l'année dernière est tombée à l'eau en raison de la pandémie. Un peu de publicité ne fait jamais de mal.

Plus de client·e·s en confinement

Pourtant, l'entreprise a en fait, il faut le dire, bénéficié de la crise sanitaire. « Nous avons eu la chance, Dieu merci, de pouvoir rester ouverts », dit la propriétaire de l'entreprise. Lors du premier confinement en mars 2020, Irène Schneider et ses employés ont eu du pain sur la planche. L'une des raisons est que le kiosque offre, entre autres, un service de transfert de fonds à l'étranger bien connu, alors que d'autres institutions de ce type ont dû fermer. Cela a amené à la boutique des client·e·s qui voulaient envoyer rapidement de l'argent à leurs proches à l'étranger pendant cette phase d'incertitude.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

«On doit rester flexible»

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

EXCLUSIF : «An Zéro» - le film ARTE désavoué par sa propre réalisatrice