J’ai deux mots à vous rire - Murmures de murs pas mûrs

By Claude Frisoni Article only available in French

Plus amoureux des ponts que des clôtures, notre chroniqueur s’inquiète de la nouvelle mode des murs et des barrières autour des pays.

C’était en 1989. Sans doute pour célébrer le Bicentenaire de la Grande Révolution, le tristement célèbre mur de Berlin était mis à terre. Tout le monde s’était légitimement réjoui de cet événement, qui allait passer à la postérité sous l’appellation contrôlée: la Chute du Mur. Cette fameuse chute du mur fut donc chantée et saluée dans le monde entier. Sur place, Rostropovitch avait improvisé un récital, gratuit – c’est dire si on baignait dans l’extraordinaire -, tandis que des milliers de personnes se battaient pour emporter un morceau de l’édifice détruit ou pour se faire photographier, un piolet à la main. Ceci avant l’invention des selfies, c’est dire si l’exercice était difficile. Durant des années, il était possible d’acheter un petit morceau de pierre ou de béton, garantis issus du mur, du vrai, de l’unique. Vu le nombre impressionnant de touristes ayant succombé à cette mode, tout heureux de rapporter de leur voyage un vrai bout du mur de Berlin, celui-ci devait mesurer plusieurs milliers de kilomètres de long sur trois ou quatre cents mètres de hauteur.

You want more? Get access now.

  • One-year subscription

    €174.00
    /year
  • Monthly subscription

    €16.00
    /month
  • Zukunftsabo for subscribers under the age of 26

    €90.00
    /year

Already have an account?

Log in
Sign up for our newsletter and don't miss a thing.

To complete the subscription process, please click the link in the email we just sent you. Check your spam or junk folder too, in case of doubt. It may take us a few minutes to update your Journal profile, so please be patient.

An error occurred while subscribing to our newsletter. Please contact us at abo@journal.lu.

Next

Defending values