J'ai deux mots à vous rire - L’important, c’est la dose

Von Claude Frisoni Artikel nur auf Französisch verfügbar

La chronique hebdomadaire de Claude Frisoni.

La polémique qui secoue le Luxembourg depuis quelques jours et qu’on a curieusement oublié de baptiser « vaccingate » ferait bien rire les observateurs français. En effet, du côté des beaux quartiers de la capitale hexagonale, un ancien président n’entrant dans aucune des catégories prioritaires s’est fait administrer une première dose dès le mois de janvier. À ceux qui s’offusquaient de ce qui apparaît comme un passe-droit, les proches du Tsar Kozy ont objecté que la vaccination avait été effectuée sur prescription médicale en raison d’une pathologie « à haut risque ». « Mais bien sûr… » ont répondu avec un ton suspicieux les mauvais esprits, s’enquérant immédiatement de la nature précise de cette terrible maladie. Ce à quoi les autorités ont pu répondre la main sur le cœur, que même un ancien président a droit au respect du secret médical. Ça va de soi. D’ailleurs, François Mitterrand a gardé le secret sur sa maladie incurable durant quasiment deux septennats. Quant à l’ancien président algérien Bouteflika, ça fait vingt ans qu’il fait semblant de ne pas être mort. Un bon coup de secret médical et hop, plus de polémique.

Nur für unsere Abonnenten.

  • Jahresabo

    168,00 €
    /Jahr
  • Monatsabo

    15,50 €
    /Monat
  • Zukunftsabo bis 25 Jahre

    90,00 €
    /Jahr

J'ai deux mots à vous rire 9

2,00 €
/Artikel

Du hast bereits ein Konto?

Einloggen
Jetzt den Newsletter abonnieren und nichts mehr verpassen. 
In welcher Sprache möchtest du den Newsletter erhalten? *

Wenn du den Newsletter des Lëtzebuerger Journal abonnierst, stimmst du der Verarbeitung deiner persönlichen Daten zu - deiner E-Mail-Adresse sowie deiner Sprachpräferenz - um regelmäßig eine Auswahl der zuletzt veröffentlichten Artikel zu erhalten. Mehr Informationen findest du in unserem Rechtshinweis.

Weiter

Neongrün im Rotlicht-Milieu