Viva Coronials, ou non ?

Par Laura Tomassini, Lex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Une panne de courant à New York, un couvre-feu au Luxembourg - le résultat : des bébés. Cela aurait pu faire la une des médias locaux en janvier, mais le grand boom ne s'est pas encore concrétisé. Néanmoins, il y a eu des naissances dans les quatre maternités luxembourgeoises, car il n'y a pas de bouton pause pour avoir des enfants, même pendant la pandémie.

« Vraiment aucune tendance à la hausse ? Mais cela me surprend, car pour l’instant, presque tout le monde est enceinte ou en train d’avoir un bébé ». L’étonnement dans le milieu privé et professionnel est grand lorsque le résultat de l’enquête du Lëtzebuerger Journal sur les hôpitaux luxembourgeois est annoncé : Il n’y a pas de baby boom post-Covid. Neuf mois après le début du premier confinement, le nombre de nouveau-nés dans le pays a peu augmenté, voire pas du tout par rapport aux années précédentes. Les citoyens luxembourgeois ont peut-être été plus occupés que prévu de mars à mai, après tout. Alors que l’on spéculait en de nombreux endroits sur une augmentation du taux de natalité similaire à ce qui s’est passé à New York en 1965, lorsqu’une panne de courant a provoqué des heures sombres et encouragé les gens à faire des bébés, cette prévision n’a pas encore été confirmée. Ou bien les soit-disant « coronials » sont-ils encore à venir ?

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo jusqu'à 25 ans

    90,00 €
    /an

Viva Coronials, ou non?

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.
En quelle langue souhaitez-vous recevoir la newsletter ? *

En vous inscrivant à la newsletter du Lëtzebuerger Journal, vous autorisez le traitement de vos données personnelles : votre email et votre préférence de langue pour recevoir régulièrement une sélection des derniers articles publiés. Plus d’information dans nos mentions légales.

Suivant

Le sexisme n'est pas un compliment