Une maison par camion

Par Christian BlockMisch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Construire des maisons modulaires sur des terrain privés loués, afin de créer rapidement du logement abordable? C'est avec un projet pilote que l'Agence Immobilière Sociale veut convaincre la population de cette idée et le monde politique d'adapter de cadre réglementaire.

Si tout va bien, elle sera prête à la fin de l'année : sans doute la première maison en éléments tridimensionnels préfabriqués sur le sol luxembourgeois, assemblée sur une propriété privée louée. Prête à être visitée, inspectée et touchée.

Gilles Hempel fonde de grands espoirs sur l’inauguration. Le directeur de l'Agence Immobilière Sociale (AIS) promeut depuis plusieurs années ce concept, inhabituel selon les normes luxembourgeoises. Avec un bilan plutôt mitigé jusqu'à présent. « Nous avons commencé à développer cette idée vers 2017 et 2018. » L'idée est de transférer le « système AIS » sur des terrains loués et d'y construire des maisons modulaires. « L'offre de l'AIS a été reçue avec beaucoup de reconnaissance », nous dit Gilles Hempel. L'agence n'a donc aucun problème à trouver des logements pour la gestion locative sociale. « C'est différent avec les terrains », ajoute-t-il. La dernière fois que l'AIS a essayé de faire connaître son idée au public, c'était lors de la foire de printemps 2019. « L'écho a été relativement faible », se souvient M. Hempel. Cependant, lorsque des propriétaires individuels ont exprimé leur intérêt, leurs idées de loyer étaient irraisonnables.

On peut dire en gros que le responsable de l'Agence Immobilière Sociale poursuit deux objectifs avec le projet pilote. D'une part, pour faire tomber les préjugés, car la construction modulaire ne bénéficie pas de la meilleure image. Pour la plupart des gens, le terme « container » évoque des images de cabanes de chantier, de salles de classe conçues pour être temporaires mais qui sont souvent utilisées pendant beaucoup plus longtemps, ou encore du centre de consommation de drogue Abrigado (qui était en fait également conçu pour être temporaire). Deuxièmement, l'AIS veut démontrer un modèle avec lequel des logements de haute qualité peuvent être construits relativement rapidement sur des terrains vacants. Par ailleurs, l'AIS ne souhaite pas encore rendre public le nom de la municipalité dans laquelle le projet doit être réalisé, tant que l'affaire n'est pas conclue.

Persuasion

Xavier Mahy et Benedict Sargent de OIKOS-concept en sont également convaincus. Dans des conditions idéales, six mois seulement pourraient s'écouler entre la commande et le montage final d'une maison individuelle préfabriquée industriellement, selon M. Mahy. Le directeur de l'entreprise estime que le déchargement des modules préfabriqués par grue et le montage final prendront au maximum une semaine.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

Une maison par camion

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Du shopping jusqu’à l’épuisement