Du shopping jusqu’à l’épuisement

Par Misch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Il y a un instant, il y avait les soldes et dans un peu plus d’un mois, la Braderie aura lieu. Année après année, les Luxembourgeois dépensent de plus en plus d’argent pour acheter des choses. Pour environ 5 à 10% de la population, cependant, le shopping n’est pas un moyen de parvenir à une fin : ils sont dépendants du shopping ou risquent fortement de le devenir.

Le shopping est la chose la plus normale au monde dans notre société. Il faut mettre de la nourriture sur la table, remplacer les chaussettes trouées et acheter le nouvel album de l’artiste préféré. La publicité s’insinue dans tous les domaines de la vie, invitant par tous les moyens le subconscient à remplir un peu plus le caddie. La plupart des gens considèrent le shopping lui-même comme une étape nécessaire pour obtenir des biens et des services – qu’ils en aient besoin ou qu’ils en aient « besoin ». Pour les personnes dépendantes au shopping, les achats prennent cependant une tournure incontrôlée. Le Dr Andreas König, qui travaille au centre de conseil « Ausgespillt » de l’asbl « Anonym Glécksspiller », fait état de personnes qui font littéralement leurs courses jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus porter les sacs – parfois sans jamais ouvrir les paquets par la suite. Une situation dont il n’est pas facile de sortir, notamment en raison de la « situation désastreuse du soutien » dans le pays.

Lëtzebuerger Journal : Qu’entend-on exactement par dépendance au shopping ?

Dr Andreas König : La question de savoir si l’achat pathologique est en fait une addiction, une forme de trouble obsessionnel-compulsif ou un trouble du contrôle des impulsions reste controversée. Nous l’entendons comme un achat qui n’est plus lié à son propre besoin réel ou à la finalité du produit ou du service. Elle sert plutôt à compenser des états émotionnels désagréables. On est préoccupé par l’achat de manière obsessionnelle, on a une envie irrésistible d’acheter et on perd le contrôle, de sorte que la consommation déraille. Le spectre est large : des crises d’achat occasionnelles à un crash complet avec une consommation complètement déréglée, des niveaux d’endettement élevés, des crimes d’opportunité et des falsifications afin de pouvoir continuer à acheter.

Nous ne parlons donc pas de la consommation de produits spécifiques, mais de la consommation en soi. Les gens ne sont donc pas seulement dépendants de l’achat de vêtements, par exemple ?

Les dépendant·e·s sont plus concerné·e·s par l’acte d’achat en tant que processus, moins par les produits eux-mêmes. Par conséquent, la gamme de produits est généralement large. Cependant, il y a souvent des points d’intérêt individuels, comme les accessoires de luxe.

Prenons l’exemple d’une cliente qui parcourt la parfumerie à la recherche du dernier parfum, est félicitée par la vendeuse pour son bon choix, puis passe par les boutiques de mode, les antiquaires et les bijouteries jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus en porter. Quelques jours plus tard, lors de la prochaine frénésie d’achats, elle se rend alors dans d’autres magasins pour que cela ne se remarque pas trop. Pour cela, elle a alors épuisé plus de 100.000 euros d’économies et fait courir plusieurs milliers d’euros de crédits à la consommation et de paiements échelonnés, dont elle intercepte les rappels de paiement pour que son compagnon ne la découvre pas et laisse livrer les commandes à ses parents.

Pour les hommes, il s’agit souvent des derniers gadgets techniques, plusieurs smartphones haut de gamme, des ordinateurs portables, etc. Mais il y a aussi des hommes qui ont des placards remplis de costumes de marque et des boîtes pleines de vêtements de marque qui n’ont été portés qu’une fois ou dont l’étiquette est encore accrochée. Cependant, la dépendance au shopping n’est pas simplement le phénomène de mode de vie d’une société de consommation qui a échappé à tout contrôle, mais un trouble psychologique au cours duquel les problèmes psychologiques, sociaux et financiers deviennent de plus en plus aigus.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

Du shopping jusqu’à l’épuisement

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Rendre le monde meilleur