Une cuisine d’épices et d’histoires

Par Laura TomassiniLex KlerenMisch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Des tissus colorés d’un côté, des images de guerre de l’autre, voilà les clichés que les Européen·ne·s connaissent de l’Inde et de l’Afghanistan. Pourtant, tout comme leur culture et leurs habitants, les plats traditionnels de ces deux pays sont bien plus variés que ce que l’on sait ici. Un coup d’œil au-delà, ou plutôt sur le bord de l’assiette.

« Un poulet tikka masala, s’il vous plaît ». – c’est à peu près ce que commandent la plupart des clients des restaurants indo-népalais. Peu de gens savent que ce plat n’est pas originaire d’Inde, mais plutôt de Grande-Bretagne, et qu’il n’est qu’une version européenne du plat de poulet « chicken tikka ». « Je ne me souviens pas d’avoir mangé du tikka masala en Inde », déclare Sunita Trivedi, fondatrice du site web de cuisine Spicecurry.com. Lors de cours de cuisine pour des communautés et des organisations, cette Indienne d’origine enseigne les plats traditionnels de son pays, les propriétés des ingrédients utilisés dans la cuisine indienne et la manière de les préparer correctement.

Sunita vit depuis 25 ans au Luxembourg avec sa famille, et c’est plutôt par nécessité qu’elle a redécouvert sa passion pour la cuisine dans ce pays étranger. « A l’époque, je n’étais pas contente de la nourriture qu’on servait ici dans les restaurants. Non pas qu’elle soit mauvaise, mais elle n’est pas authentique », explique la cuisinière. Selon elle, on trouve partout presque exactement le même menu, les magasins indiens n’existaient pas il y a 25 ans et la plupart des restaurants « indiens » étaient – et sont toujours – tenus par des Népalais. « La nourriture des deux pays est très différente, mais ici, on propose ce que les gens demandent », explique Sunita. Le poulet au beurre, les naans et les pakoras sont en effet des plats indiens, mais leur préparation est trichée afin de les adapter aux habitudes alimentaires européennes.

Les multiples facettes de l’Inde

« Je me souviens avoir commandé des pakoras au restaurant, mais ils étaient fourrés au concombre. Nous ne ferions jamais, jamais cela », annonce Sunita, indignée. La viande ou les légumes enrobés de pâte de pois chiches peuvent certes être soumis à des expériences, mais il faut savoir où sont les limites, estime l’Indienne. Elle-même a appris les secrets de la cuisine indienne de sa mère et veut les transmettre aux autres avec le curry épicé. « Ma mère était une excellente cuisinière et comme mon père était diplomate, nous déménagions tous les trois ans et cuisinions toujours pour de nombreux invités à la maison ».

Au lieu du naan, un pain plat traditionnel fabriqué à partir de farine blanche, très apprécié ici, Sunita mangeait souvent du chapati, ou roti en hindi, fabriqué à partir de farine complète. « Dans le nord, on mange beaucoup de chapati, alors que dans le sud, on met plutôt du riz dans l’assiette. Cela varie d’une région à l’autre, mais en général, la cuisine indienne comprend des lentilles, du riz et du pain plat ». Sunita, elle-même originaire de la capitale Delhi et donc du nord du pays, connaît les nombreuses facettes de la cuisine de son pays, ne serait-ce que parce que les habitudes culinaires de son mari, originaire du Gujarat, dans l’ouest de l’Inde, sont très différentes des siennes.

Vous n’êtes plus abonné.

Votre abonnement a été annulé en raison d’un échec du renouvellement (expiration de votre moyen de payement) ou sur demande de votre part.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de votre inscription à la newsletter, veuillez-nous contacter abo@journal.lu.

Suivant

La conversation sur les caméras (rétro 12/12)