Une assurance pour nos compagnons animaux

Par Laura TomassiniLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Les animaux domestiques jouent à la fois le rôle du meilleur ami, du conseiller spirituel, du partenaire de jeu et du fidèle compagnon. S'ils tombent malades, les propriétaires se trouvent non seulement très affecté·e·s sur le plan émotionnel, mais cela peut aussi devenir très lourd sur le plan financier. Une assurance pour animaux permet de remédier à cette situation, mais seulement pour certains patients.

Une vidéo prise avec un téléphone portable montre ce qui a d'abord été perçu comme une rigolade, mais qui est rapidement devenu un problème sérieux : à moins d'un an, la chienne Yuna souffre de ce que l'on appelle l'éternuement en arrière, un symptôme qui peut apparaître lorsque le voile du palais des chiens est trop long ou trop épais. « Celui-ci glisse vers l'arrière, de sorte que le chien ne peut plus bien respirer. L'éternuement ressemble alors à celui d'un ballon dont on retire de l'air », explique Claire Kesseler, la propriétaire de Yuna. Comme beaucoup d'autres maître·sse·s, cette jeune femme de 27 ans connaît le sentiment de malaise que l'on éprouve lorsqu'on se rend chez le·la vétérinaire avec son compagnon à quatre pattes préféré, pour ensuite rentrer chez soi avec certes plus de clarté, mais aussi une facture salée.

Vaccination, contrôle, castration, traitement – tout cela fait partie du quotidien des propriétaires d'animaux. Celui·Celle qui décide d'adopter un nouveau membre de la famille à poils, à plumes ou à écailles, assume également la responsabilité de ses soins médicaux. Les chiens et les chats en particulier, considérés comme les animaux domestiques les plus populaires en Europe, représentent pour beaucoup un facteur de coût mensuel qu'il ne faut pas sous-estimer – surtout lorsque le chaton ou le chien de la maison tombe malade de manière inattendue. Claire a également reçu un diagnostic soudain pour Yuna, car la chienne souffrait, comme beaucoup d'autres races de chiens brachycéphales, c'est-à-dire à tête courte, du SORB, le syndrome obstructif respiratoire du brachycéphale.

Multiplication des maladies chez les chiens de race

Ce sont surtout les bouledogues français et anglais, ainsi que les carlins, qui souffrent de malformations des voies respiratoires dues à l'accentuation excessive de leur museau court, obtenue par l'élevage, ce qui les fait râler, ronfler et, de manière générale, ils ont souvent du mal à inspirer et à expirer de l'air. Chez la jeune bouledogue, le vétérinaire a constaté que ses narines étaient trop étroites et son palais trop grand – deux « défauts » anatomiques qui ne pouvaient être corrigés que par une opération. « Nous nous sommes rendus à la clinique vétérinaire et avons demandé deux autres avis à d'autres vétérinaires, mais tous nous ont dit que nous ne pourrions pas passer à côté d'une intervention chirurgicale », raconte Claire.

Le traitement a coûté plus de 1.000 euros au couple, mais Claire et Dan ont pu se faire rembourser la majeure partie de la somme par leur assurance animaux. « Mon chien précédent, Milo, était un Olde English Bulldog et comme il était si souvent malade, Dan a eu l'idée de souscrire une assurance pour Yuna. » Un peu réticente au départ – après tout, aucun chiot de la portée de Yuna n'avait eu de problèmes et la chienne n'avait même pas un an – Claire a accepté la proposition et a souscrit une Pet Insurance, c'est-à-dire une assurance spéciale pour animaux. « Dan la connaissait par son assureur et nous avons eu beaucoup de chance avec notre timing, car lorsque Yuna a été opérée, nous avions à peine dépassé le délai initial pendant lequel les frais ne sont pas encore pris en charge », se souvient-elle.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Une expertise non désirée