Surdosage

Par Misch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Trop de médicaments passent directement de l'usine à la poubelle ou aux égouts, sans être consommés. L'année dernière, 189 tonnes de médicaments ont atterri dans la Superdreckskëscht, probablement beaucoup plus ont trouvé leur place dans les déchets résiduels. Une charge inutile pour la nature et pour tou·te·s ceux·lles qui cotisent à l'assurance maladie. Mais parfois, il suffit de changer d'emballage.

L'année dernière, parmi les 189 tonnes de médicaments qui ont été jetées à la Superdreckskëscht au Luxembourg, il s’agissait bien souvent de boîtes non ouvertes. Beaucoup étaient périmés, d'autres non. Mais les médicaments non ouverts qui peuvent encore être consommés, doivent également être incinérés avec leur emballage. Personne ne connait le nombre exact de tonnes supplémentaires qui sont jetées négligemment dans les poubelles ou dans les toilettes chaque année.

« Le gaspillage est énorme », déclare Jeff Barré, responsable du secteur de la santé à la Superdreckskëscht : « Si l'on calcule par tête, nous avons collecté l'année dernière environ 290 grammes de médicaments, poids de l'emballage compris. » Pourtant, 2021 était encore une année relativement calme. En 2019, dit M. Barré, chaque Luxembourgeois·e a jeté en moyenne 312 grammes de médicaments. Il s'agit surtout d'anti-douleurs, d'antidépresseurs, de gouttes pour les yeux et de crèmes, qui sont séparés de leurs emballages sur la chaîne de production de la Superdreckskëscht, car seul le papier peut être recyclé. A l'avenir, une nouvelle section de la station d'épuration de Beggen filtrera même spécifiquement les restes d'antibiotiques et de médicaments dans les eaux usées – une nécessité née de la négligence de trop nombreuses personnes.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Lviv : dans les coulisses de l'Ukraine