« Qui aime dire que son enfant a redoublé ? »

Par Jang KapgenLex KlerenMisch Pautsch Changer en anglais pour l'article original

Le lycée est censé être un lieu d'apprentissage solidaire et encourageant. Mais comment cela se traduit-il dans la réalité ? Le Lëtzebuerger Journal a interrogé quatre redoublant·e·s différent·e·s sur leur expérience dans le système scolaire luxembourgeois. Leurs récits sont empreints de courage et de résilience – et de critiques réfléchies.

Lorsque le sujet des redoublant·e·s est abordé, de nombreux stéréotypes orientent la discussion. De la paresse à l'inattention en passant par l'insouciance, de nombreuses idées fausses et négatives sont liées à leur image. Cependant, le point de vue des premier·ère·s concerné·e·s n'est souvent pas pris en compte. Bien que seuls quatre entretiens aient été réalisés dans le cadre de cet article, plusieurs autres redoublant·e·s ont été interrogé·e·s dans le cadre de recherches de fond. Le message dominant est le suivant : ils s'en soucient. Bien que les opinions sur l'utilité d'une année supplémentaire divergent, il y a une notion visible qui circule – le sentiment qu'une année de leur vie leur a été volée. Les redoublant·e·s sont souvent écarté·e·s des discussions importantes sur le système éducatif luxembourgeois, alors que ce sont précisément eux·elles qui sont les plus touché·e·s par ce système. Écoutons donc leurs histoires.

Le système est-il juste ?

Véronique a maintenant 20 ans. Sa passion est la musique, elle fait partie de plusieurs orchestres et envisage de faire des études dans ce domaine. Elle se décrit comme une élève assez régulière. « On a des notes jusqu'à 50 et d'autres autour de 38, mais on ne peut pas être parfait partout », explique-t-elle à propos de ses notes habituelles. À sa propre surprise, il s’est trouvé qu'elle a dû repasser le niveau 5e. Alors que sa moyenne annuelle était d'environ 42 à l'époque, elle avait des notes insuffisantes dans deux matières principales : un 29 en anglais et un 27 en français. Bien que ces matières ne soient pas ses points forts, les professeurs de cette année-là ont été un peu plus exigeants — la moyenne de toute la classe était inférieure à celle des années précédentes. Mais tout cela est compréhensible, car Véronique sait elle-même que chaque professeur a des attentes légèrement différentes quant aux performances de l'élève. Cependant, grâce au système de points bonus à la fin de chaque trimestre, elle a remarqué la nature subjective et injuste de tout cela.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

« Qui aime dire que son enfant a redoublé ? »

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Un deuil invisible