Quand un arbre tombe dans la forêt

Par Misch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Seulement 13,4% des arbres en Luxembourg ne présentent aucun dommage. Alors pourquoi semble-t-il que personne n'essaie de les sauver?

La forêt est malade. Sérieusement malade. Seuls 13,4 % des arbres au Luxembourg étaient en bonne santé en 2019, selon le Statec. Les autres sont légèrement ou gravement endommagés. Ce chiffre est encore plus spectaculaire si on le compare aux 31,8 % d’arbres sains de l’année précédente.

Au Luxembourg, les enfants naissent pratiquement avec l’amour de la verdure – ou du moins l’enseignent à l’école. Pour beaucoup, la promenade du week-end n’est imaginable que dans la forêt. Lors des visites guidées, les gens ressentent un lien profond avec la nature, comme le rapporte le forestier Serge Hermes. Environ la moitié des forêts luxembourgeoises appartiennent à des propriétaires privés. Outre l’intérêt tout particulier qu’ils portent à sa préservation, ils ont également un ensemble considérable de règles auxquelles ils doivent se conformer. Ils reçoivent un soutien financier pour des projets qui favorisent le développement durable de la forêt. Même la loi sur la conservation de la nature est largement reconnue par les institutions comme allant dans la bonne direction, bien que les critiques ne soient pas absentes. Le problème est bien connu, la volonté politique semble exister, alors où est le problème ? La réponse courte est qu’il fait trop chaud et trop sec. Mais pour vraiment comprendre les difficultés, il faut considérer plus de points.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo jusqu'à 25 ans

    90,00 €
    /an

Quand un arbre tombe dans la forêt

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.
En quelle langue souhaitez-vous recevoir la newsletter ? *

En vous inscrivant à la newsletter du Lëtzebuerger Journal, vous autorisez le traitement de vos données personnelles : votre email et votre préférence de langue pour recevoir régulièrement une sélection des derniers articles publiés. Plus d’information dans nos mentions légales.

Suivant

Le Luxembourg et la reine des arnaques