Quand l'argent est dans le pré

Par Laura TomassiniLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Un salaire quintuplé : c'est ce que gagne Bartosz quand il est au Luxembourg. Le Polonais de 23 ans veut en fait étudier, et grâce à un travail saisonnier, les portes de l'université devraient s'ouvrir bientôt. Pour lui et beaucoup d'autres, le travail agricole à l'étranger n'a rien d'inhabituel, car dans la « troisième Pologne », les rêves personnels sont posés loin derrière la sécurité financière.

« Mes parents ont toujours essayé de m’aider du mieux qu’ils pouvaient, mais j’ai su très tôt que personne ne m’offrirait rien si je ne travaillais pas moi-même ». De nombreux jeunes hommes et femmes de Pologne connaissent une enfance comme celle de Bartosz Wójcicki. Grandir dans la Troisième République polonaise signifiait se contenter de très peu de choses. « La vie dans mon pays a toujours été difficile. Soit vous avez vécu comme un roi, soit vous étiez rien », raconte le jeune homme de 23 ans, venu au Luxembourg pour la première fois en octobre pour gagner un peu d’argent supplémentaire en tant que travailleur saisonnier. Malgré les goulots d’étranglement financiers, Bartosz se souvient avec tendresse de son enfance, car avec l’ouverture vers l’Occident, des chemins inconnus se sont ouverts. « Nous n’avions pas grand-chose, mais il y avait toujours quelque chose de nouveau à découvrir ». Il connaît suffisamment d’histoires sur la vie de ses parents, mais le couple ne voulait pas trop influencer politiquement ses enfants. « Mon père déteste le communisme. Une fois, il a même dû aller en prison pendant trois mois avec son frère parce qu’il était actif dans un parti anticommuniste. Mais il n’a jamais voulu nous apprendre ces choses ».

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo jusqu'à 25 ans

    90,00 €
    /an

Quand l'argent se trouve sur le sol du champ

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.
En quelle langue souhaitez-vous recevoir la newsletter ? *

En vous inscrivant à la newsletter du Lëtzebuerger Journal, vous autorisez le traitement de vos données personnelles : votre email et votre préférence de langue pour recevoir régulièrement une sélection des derniers articles publiés. Plus d’information dans nos mentions légales.

Suivant

Sécurité maximale