« Nous voulons être plus visibles à l'avenir »

Par Christian BlockLex Kleren Changer en anglais pour l'article original

Pendant des années, le Conseil national des étrangers s'est surtout occupé de lui-même. Sous la présidence de Munir Ramdedovic, l'organe consultatif semble avoir retrouvé sa place cette année. Une réforme s'impose néanmoins.

Nous nous rendons à Belval pour l'interview. Dans les locaux de l'université du Luxembourg, nous rencontrons le président du Conseil national des étrangers, Munir Ramdedovic. L'organe consultatif ne dispose en effet pas de bureaux propres. Changer cela n'est que l'une des nombreuses propositions que l'organe, repensé en 2008, a intégrées dans son rapport sur la réforme de la loi sur l'intégration de cette même année. « Nous voulons être plus visibles à l'avenir », déclare le Monténégrin dans une interview accordée au Lëtzebuerger Journal.

Le fait que le Conseil national pour étrangers (CNE) soit prêt à assumer davantage de responsabilités, selon son président, ne va pas de soi. Pendant des années, le comité a fonctionné plus mal que bien. La voix du Conseil des étrangers n'était pas entendue dans le discours politique. Des querelles internes ont paralysé le CNE, qui a ensuite régulièrement fait l'objet de questions parlementaires – surtout de la part de l'opposition.

Mais il semble qu'après une petite année sous la présidence de M. Ramdedovic, les bases soient posées pour que le CNE puisse remplir les missions qui lui sont confiées par la loi. En clair, cela signifie s'occuper des problèmes que rencontrent les étranger·ère·s au Luxembourg ou s'exprimer sur les questions d'intégration.

C'est sans doute en grande partie grâce aux talents d'organisateur et de négociateur de M. Ramdedovic que les vagues internes ont pu être apaisées et qu'un début de travail politique a été possible. Le Monténégrin lui-même se montre modeste dans l'entretien qu'il a accordé au Journal. L'équipe a bien travaillé, dit-il, cinq expertises et une recommandation, soutenues par une majorité absolue, ont été adoptées dans les délais. Même la ministre Corinne Cahen (DP) a déclaré lors de l'assemblée de fin d'année le 1er décembre que le CNE n'avait pas fonctionné pendant sept des huit années de son mandat de ministre et qu'il n'avait commencé à fonctionner régulièrement que cette année, rapporte M. Ramdedovic.

Accède à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    174,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    16,00 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

As-tu déjà un compte ?

Connecte-toi
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

New Work: La CSL part en guerre contre les inégalités sur le lieu de travail