Le symbolisme religieux de la Turquie effraie l'UE

Par Bill Wirtz Changer en anglais pour l'article original

L'année dernière, le gouvernement turc a transformé le musée Hagia Sophia en une grande mosquée. Ce geste est un calcul politique qui a suscité l'indignation de certaines communautés religieuses, des défenseurs de la laïcité et de Bruxelles. La transformation est plus qu'une simple formalité, elle touche au cœur de la relation complexe entre l'UE et la Turquie. Bill Wirtz explore les implications politiques de cette transformation, tant à Luxembourg que sur le terrain à Istanbul.

*Cet article existe grâce à l'aide de Nazlıcan Kanmaz, qui a traduit les conversations du turc vers l'anglais, a aidé à naviguer dans Istanbul et a pris les photos que vous pouvez voir dans cet article.

Le train « Marmaray » qui passe sous le détroit du Bosphore, reliant la partie asiatique d'Istanbul à la partie européenne, s'arrête net. Istanbul est en pleine pandémie, mais dans une ville de près de 16 millions d'habitants, il est difficile de le savoir à la station de métro Sirkeci, utilisée par plus d'un million de personnes par jour. Les longs couloirs de la station se remplissent de gens, certains se tenant devant un panneau qui indique les nombreuses sorties à choisir. Le panneau qui indiquait autrefois le chemin du musée Hagia Sophia est maintenant recouvert d'un nouvel autocollant qui recouvre les anciennes lettres. Il indique désormais « Ayasofya-i Kebir Cami-i Şerifi », la « Sainte Grande Mosquée Sainte-Sophie ».

Un groupe de touristes gravit la colline jusqu'à Sainte-Sophie. Le bâtiment de 55 mètres de haut domine Istanbul, attirant majestueusement les yeux des touristes et des locaux. Un poste de contrôle de sécurité avec des policiers lourdement armés vérifie les sacs dans une tente montée. Il n'y a plus de file d'attente pour les billets, mais les femmes se bousculent pour trouver un moyen de se couvrir les cheveux, tandis que certaines ont apporté leur propre foulard pour se conformer aux règles de la nouvelle mosquée. Le mot « nouvelle » est historiquement ambivalent pour ceux qui connaissent l'histoire de Sainte-Sophie.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Le symbolisme religieux de la Turquie effraie l'UE

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Étudier comme mode de vie