Étudier comme mode de vie

Par Misch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Rudi Balling est un pionnier de l'interdisciplinarité - la recherche pluridisciplinaire. De la science de nutrition ou de reproduction à la génétique et à la médecine, il brouille les frontières. Depuis l'année dernière, ses connaissances approfondies ont été mises à profit au sein de la Task Force Covid-19.

Peu de gens ont porté autant de blouses différentes dans leur vie que Rudi Balling. Né dans l'Eifel, il travaille depuis 2009 et est aujourd'hui directeur du « Centre luxembourgeois de biomédecine systémique ». L'année dernière, il est devenu un des visages de la Task Force Covid-19. Sa longue carrière fait qu'il est non seulement difficile de le décrire avec une seule étiquette, mais aussi qu'il est presque impossible de limiter la conversation à un seul sujet.

Lëtzebuerger Journal : En fait, je voulais parler de l'un de vos domaines d'expertise – la génétique, mais comme vous êtes membre de la Task Force Covid-19, il est difficile d'éviter le sujet.

M. Rudi Balling : Cela ne s'exclut pas du tout. La génétique du virus est très excitante. Vous pouvez voir, par exemple, que certains jeunes gens deviennent très malades alors qu'ils n'ont jamais été malades auparavant. Quelle en est la raison ? Dans certains cas, c'est la génétique qui les rend sensibles. L'une des questions brûlantes est de savoir pourquoi les patients atteints du Covid-19 ont comme premier symptôme de ne plus sentir correctement. C'est probablement la dégénérescence des nerfs olfactifs du nez. C'est un symptôme précoce classique de la maladie de Parkinson. Et c'est là que les domaines commencent à s'entremêler : Nous avons un projet de recherche dans lequel nous nous demandons, entre autres, si les maladies de Parkinson et d'Alzheimer sont une sorte de « diabète du cerveau », c'est-à-dire que tout le métabolisme n'est pas affecté, mais que le problème fondamental du métabolisme glucose-énergie est « seulement » confiné au cerveau. Vous pourriez donc parcourir toutes les maladies et vous seriez toujours au Covid.

La génétique donc comme racine du problème ?

Oui, mais ce n'est qu'un élément parmi tant d'autres ici. De nombreux domaines s'entremêlent ici : la science, la politique, les questions sociales de responsabilité, la politique internationale et la politique des partis… et cela nous amène à l'atout et à la liberté de la presse et à la liberté de la recherche. Tout s'entrecroise. Mon rôle au sein de la Task Force Covid-19 dans le cadre du « Work-Package 6 : Projection », par exemple, était de garder cette vue d'ensemble, de créer un réseau, de dire « Voici où nous devons aller plus loin, voici où nous pouvons contacter Yale ou Londres ». Mais Paul Wilmes, Alexander Skupin et beaucoup de mathématiciens et d'ingénieurs en contrôle des systèmes ont joué les premiers violons.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Étudier comme mode de vie

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

To complete the subscription process, please click the link in the email we just sent you. Check your spam or junk folder too, in case of doubt.

Suivant

Opgepikt - Crémant und Impfstoff