Le Luxembourg et le travail du sexe

Par Jeff MannesLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Ni le modèle suédois, ni le modèle allemand : Le Luxembourg a suivi sa propre voie en matière de législation sur la prostitution et le travail sexuel. Tout cela n'a pas été une réussite du point de vue des travailleur·euse·s du sexe. Cela est également lié à l'image sociale de la prostitution.

Lorsque les gens pensent au travail du sexe, la plupart pensent probablement à la prostitution – et à la prostitution de rue. Ils·elles ont une image de femmes légèrement vêtues se tenant sur le bord de la route dans le quartier de la gare de Luxembourg. Un certain nombre d'entre eux·elles ressentent peut-être une sorte de pitié paternaliste que beaucoup de prostitué·e·s rejettent. Aussi parce que, souvent, ces dernier·ère·s ne se considèrent pas comme des victimes. Et pour beaucoup, la traite illégale des êtres humains leur vient probablement aussi à l'esprit en pensant à la prostitution.

Bien sûr, c'est bel et bien un aspect du travail sexuel – bien que la traite des êtres humains ne soit pas un travail sexuel car ce n'est pas un travail, c'est une exploitation illégale. Mais le travail du sexe est bien plus que ce que beaucoup de gens imaginent. Il est important de le comprendre si l'on veut encadrer correctement les débats sociopolitiques et la législation autour de cette question. Parce que trop souvent, l'idée du travail du sexe tourne autour d'une femme impuissante (perçue ou réelle) qui est exploitée sexuellement par des hommes.

La diversité du travail du sexe

Cependant, le travail sexuel revêt de nombreuses formes. Il peut s'agir, par exemple, de l'escorte masculine qui offre des services sexuels et non sexuels aux personnes de tout sexe sur l'internet – de la compagnie en soirée au massage sensuel en passant par le jeu de rôle sexuel. Il peut s'agir de la dominatrice indépendante et autodéterminée travaillant dans un studio BDSM féministe dirigé exclusivement par des femmes et des hommes homosexuels. Le travail sexuel, c'est aussi l'employé gay qui produit à titre privé des vidéos pornographiques amateurs pour le plaisir et les met en ligne sur justfor.fans pour ses abonné·e·s afin de gagner un revenu supplémentaire.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

Le Luxembourg et le travail du sexe

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Opgepikt – Banana-Split