Le long chemin vers l'économie circulaire

Par Christian BlockLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Réparer au lieu de jeter: Grâce à une sensibilisation accrue à l'environnement et à des initiatives telles que les « repair cafés », ce principe trouve de plus en plus d'adeptes. Les politicien·enne·s donnent également des impulsions et responsabilisent les fabricants - bien que lentement et pas toujours de manière cohérente. Bilan.

Le sèche-cheveux ne fonctionne plus, la machine à laver fait des bruits étranges et la batterie du téléphone portable est faiblarde. La garantie a expiré ou ne peut être réclamée ? Quoi de plus évident que de faire réparer son appareil ménager ou de changer soi-même la batterie ? Les consommateurs savent qu'en pratique, ce n'est pas toujours possible ou intéressant en termes de prix. Pour de nombreuses raisons. Mais les choses bougent.

Depuis mars de cette année, les fabricants de nouveaux réfrigérateurs, lave-vaisselle, lave-linge, moniteurs, téléviseurs ou appareils d'éclairage mis sur le marché de l'UE doivent garantir la disponibilité de certaines pièces de rechange pendant une période pouvant aller jusqu'à dix ans. Et ce n'est pas tout : les produits doivent également être conçus de manière à ce que les composants puissent être démontés avec des outils conventionnels et que des instructions de réparation soient disponibles. Le délai maximal de livraison des pièces détachées est fixé à 15 jours à compter de la commande. Les modifications apportées à la directive sur l'écoconception visent à prolonger la durée de vie des produits. L'utilisation des ressources pour la production et le transport devrait donc être rentable plus longtemps.

C'est une étape qui pourrait être suivie par d'autres à l'avenir. Dans une résolution de novembre 2020, le Parlement européen a appelé la Commission européenne à accorder aux consommateur·trice·s le droit à la réparation. En février de cette année, le Parlement a ajouté un paquet. Dans le cas des appareils électroménagers et de l'électronique de loisir, les fabricants devraient améliorer la durée de vie de leurs produits ou les téléphones portables devraient être conçus de manière à ce que les batteries ou même l'appareil photo puissent être facilement remplacés. Le Parlement a également encouragé la création d'un passeport numérique pour les produits qui informe les consommateurs sur leur durée de vie et leur réparabilité. La demande de câbles de recharge standardisés a été réitérée. À l'avenir, il ne serait pas nécessaire de les inclure dans chaque produit, ce qui réduirait également la quantité de déchets électroniques.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Le long chemin vers l'économie circulaire

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Organiser, planifier, débrayer !