Le casse-tête des paiements

Par Audrey SomnardLex Kleren

Les chèques-repas sont un avantage en nature prisé des employé·e·s au Luxembourg. Dans un contexte post-crise, il serait donc temps d’utiliser ses chèques-repas au restaurant ? Pas si sûr. Des établissements rechignent désormais à les accepter. Au bord de la rupture, ils ne sont plus en mesure de digérer les délais de remboursement et des commissions.

Faute de cantine dans les plus petites structures, c’est pour l’employeur·se un moyen de permettre à ses employé·e·s de déjeuner à moins de frais. L’argent est théoriquement réinjecté dans l’économie locale puisque les chèques-repas sont dépensés principalement dans le secteur de l’Horesca, au restaurant ou dans les snacks, mais aussi dans les supermarchés ou encore les stations-services. Le système est bien connu au Luxembourg et devrait profiter avant tout aux établissements luxembourgeois. Ce qui marchait jusque-là a été balayé par la crise Covid-19. Les restaurants ont fermé leurs portes pendant des mois, d’autres ont vivoté avec la livraison, tandis que les employé·e·s, mis au mode télétravail, n’ont pas pu dépenser leurs chèques-repas pendant de longues semaines. Un manque à gagner pour certains restaurants qui ont du mal à sortir la tête de l’eau.

Validité prolongée

Les trois quarts des chèques-repas sont utilisés pour la restauration, selon des chiffres de 2019 de Sodexo, à 66% chez Edenred, les deux (et uniques) opérateurs pour le Grand-Duché. Forcément les chiffres pour l’année 2020 seront différents, même si la vente à emporter a permis d’en écouler certains. Mais ce n’est pas le cas pour les travailleur·euse·s frontalier·ère·s qui ne se sont pas du tout rendus au Luxembourg pendant des mois. Pour pallier ce trop-plein exceptionnel, le « millésime » ou date de validité des chèques-repas, a été prolongé jusqu’à la fin du mois de juin.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Le casse-tête des paiements

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

La fin de la grippe?